jeu 08.11 0

LA BPI, l’événement Made In France pour anticiper demain à l’international

Parmi la pléthore d’événements portant sur l’innovation organisés presque chaque semaine dans un lieu du monde, la BPI Inno Génération reste un moment unique de par son ADN. Retour sur la quatrième édition, ce Jeudi 11 Octobre 2018 à l’Accor Hôtel Arena, Bercy, Paris. Pour rappel, la BPI Inno Génération, c’est ce rassemblement national et international, d’entrepreneurs, de petites, grandes et moyennes tailles et de tous horizons. C’est un peu le lieu de tous les possibles où les structures institutionnelles rencontres les initiatives personnelles et privées.

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt

C’est l’adage qui reflète le mieux à la philosophie de l’événement. Dès 7h, la ruche entre en activité, les premières start-ups rencontrent les premiers visiteurs. L’événement regroupera tout au long de la journée, jusqu’à 43 000 participants.

Une magnifique chorégraphie de drones automatisés, mise en scène par Dronisos, ouvre officiellement la journée sur la scène principale de l’événement, Bang. Cette scène sera l’endroit qui, tout au long de la journée, fera office d’agora où défileront ministres,  comme acteurs majeurs l’écosystème entrepreneurial actuel.

Chorégraphie Dronisos

Nicolas Dufourcq, président de BPI France, lors du discours d’ouverture insuffle un vent, un esprit de liberté. La vocation de la BPI est de permettre à tous d’entreprendre librement, de s’investir selon sa vision, d’accomplir sa légende et de s’épanouir sans entrave. Tous les représentants de cet esprit innovant défilent ici : la BPI, Business France ou encore la French Fab.

Nicolas Dufourcq, lors du discours d’ouverture

Bruno Le Maire, se félicitera sur cette scène de l’adoption du projet de loi Pacte. Celle-ci marque l’engagement du gouvernement à soutenir l’entrepreneuriat made in France. « La France a son destin entre les mains, La France a son destin entre vos mains ». Cet appel du ministre illustre la volonté sincère de fédérer tous les acteurs afin de prévoir au mieux demain.

Tout l’ADN de ce qui caractérise l’entrepreneuriat est concentré là. Le hashtag #BIG, comprenez BPI Info Génération, nous suggère de voir que les meilleures initiatives d’aujourd’hui pour réaliser demain, sont réunis en ce lieu, comprenant des partenaires de renom comme des esprits entreprenants.

 

LA DONNEE AU SERVICE DE L’HUMAIN

Le digital au service de l’industrie du futur

Constat majeur autour de l’industrie 4.0, le PIB industriel mondial va connaître un progrès de l’ordre de 10 à 20 % d’ici 5 ans  (Source Sodistra, Opeo). L’industrie du futur connait aujourd’hui un investissement majeur dans le domaine de la robotique, laquelle permet le stockage et l’exploitation de la donnée. L’accès à l’information est aujourd’hui dans un rapport inversé. Celle-ci vient de l’opérationnel, elle est extrêmement tangible. L’enjeu est ainsi de transformer les modes d’accès, et de connecter l’ensemble du réseau, en passant notamment par les objets.

C’est ainsi que deux modes opératoires se dessinent : d’un côté l’industrie automatisée, qui remplit les fonctions précises et prévues à des étapes bien précises de la chaîne de valeur. De l’autre, la gestion plus transverse de la chaîne via des outils utilisant l’échange de données, tels que l’IoT et le Big Data.

 

Les métiers et les compétences se transforment pour tendre vers des formes plus humaines : raisonnement analytique, créativité, empathie.

À la suite du modèle Toyota, Michaël Valentin, propose un nouveau modèle dont le livre porte le nom, Le Modèle Tesla. Ce nouveau modèle d’organisation des entreprises intègre l’ensemble des parties intéressantes au sein de l’organisation. On fait face à une horizontalisation de l’entreprise, dans laquelle les parties les plus opérationnelles sont clef dans la collecte et l’analyse d’informations, et permettent une évolution progressive de l’entreprise. Il s’agit de réapprendre pour pivoter et savoir prendre les bonnes décisions au moment le plus opportun possible.

L’industrie et le digital passent avant tout par une reconsidération du modèle humain au sein de l’entreprise. Anne Veter-Trifit, Directrice Générale de Velum, entreprise dans l’industrie du luminaire, souligne le succès de son entreprise.

 

Les objets de demain qui déjà émergent permettent d’envisager l’industrie de manière plus centrée sur l’humain. Qu’il s’agisse de smartglasses, casques ou textiles intelligents, tous les accessoires sont exploitables pour améliorer le confort de l’individu, dans son intimité comme au travail.

Par exemple, sur les postes de travail industriels, l’assistance de l’ordinateur est souvent utilisée pour vérifier l’intégrité du montage. Mais la plupart du temps, il s’agit de deux étapes distinctes qui se suivent. A partir du moment où l’accessoire peut être utilisé simultanément avec l’action de l’employé, on gagne en fluidité. Prenons l’exemple de l’ouvrier souhaitant savoir si le boulon qu’il installe sur la carcasse de la voiture est bien positionné. L’utilisation de gants intelligents permettent grâce à un micro de capter le son. Selon le bruit émis, celui-ci sait si la position du boulon est la bonne. L’homme peut donc réaliser des tâches de manière assurée. Ce n’est plus la réalisation humaine versus la machine. Le poste de travail devient plus intelligent. Les outils d’assistance permettent aux opérateurs d’être plus flexibles grâce aux machines. Il ne s’agit pas d’un transhumanisme où l’homme serait augmenté. Il s’agit de faciliter le quotidien de l’homme grâce aux objets connectés.

Le village, l’un des lieux de rencontre des entrepreneurs

LA VILLE INTELLIGENTE OU COMMENT IMPACTER NOTRE FUTUR

Les problématiques actuelles de protection de l’environnement, d’adoption de meilleurs réflexes individuelles au nom du collectif, porte les collectivités à agir concrètement au sein du territoire. Le modèle de Singapour est célèbre pour sa politique de Smart City. L’île dont la surface de construction au sol est arrivée à saturation sur l’île comme par extension marine, Singapour est leader en termes d’innovations de la ville. L’idée pour réduire l’empreinte carbone et pour optimiser l’espace est de créer un réseau routier en sous-sol, là où, à titre de comparaison, les métros circulent à Paris et dans les métropoles françaises. Imaginez une ville comme Paris, où il n’y aurait aucune voiture, ni camion… Du moins en surface. Des tunnels sous toute la surface de l’île permettent à tous ces véhicules polluants de circuler sans affecter l’air extérieur.

Cela réduit le bruit sonore, le niveau de pollution, mais aussi d’améliorer de nombreux aspects logistiques. Le dernier kilomètre de la livraison représente l’un des enjeux majeurs de la chaîne logistique. Etant sous terre, des tuyaux rejoignant la surface permettent de monter la marchandise dans les différents points de vente. Toute la chaîne logistique entière est plus efficace et la traçabilité sans faille.

 

Le modèle de la Smart City permet des avancées diverses, auxquelles tous peuvent prendre part, dans son amélioration. La ville de Singapour continue de rechercher les entrepreneurs du monde entier pour améliorer toujours la ville. Ce modèle permet d’inspirer les initiatives dans d’autres villes du globe. La technologie se met au service de la ville intelligente, on repense les frontières du territoire.

IoT & Ville connectée, un duo durable

Dans le cadre de la ville intelligente, l’IoT était au cœur des sujets. Celui-ci permet de créer de nouveaux services et d’améliorer le quotidien de l’individu. La réorganisation de la ville vise à créer des villes à faible émission de polluants. Bosch a par exemple mis à profit l’IoT  en l’appliquant aux problématiques de parkings. En créant des outils de suivi, les revenus pour la communauté exemple. L’envoi d’une notification indique la disponibilité d’une place selon l’itinéraire du conducteur. Le conducteur n’aura plus à chercher une place pendant trente minutes, impliquant l’émission de gaz carbonique qui va avec. Celui-ci pourra jouir plus rapidement de la ville, aller au théâtre, tout en s’arrêtant sur son chemin dans une brasserie, ou au détour d’une boutique pour y faire quelques emplettes. C’est également l’occasion de générer un premier point de contact avec le touriste pour la ville ou avec le client pour les magasins. Cela représente un gain de temps pour l’utilisateur, d’améliorer son quotidien et en même temps de générer davantage de revenu pour les commerçants. L’IoT représente un levier de croissance pour l’ensemble des acteurs, tout en participant à une réduction de l’émission de polluants.

L’individu participe aussi à la transformation de son environnement direct. Les compteurs intelligents Linky ne sont pas seulement des prouesses dans le secteur de l’IoT. Ils visent notamment à une consommation plus intelligente de son électricité grâce à un suivi quotidien  de la consommation énergétique. L’IoT et bientôt l’IoE, Internet of Everything pourront simplifier la vie de l’utilisateur grâce à un usage ultra performant des objets de son quotidien, adapté à son besoin grâce à une analyse des données personnalisées.

LES TECHNOLOGIES ÉMERGENTES DE DEMAIN

Pour reprendre les mots de Salwa Toko, Présidente du Conseil National du Numérique, l’homme est la seule machine capable de fabriquer des objets qu’il ne comprend pas complètement. C’est ce que nous pouvons percevoir à travers les problématiques écologiques, spatiales ou encore mathématiques qui se posent à nous.

La blockchain, nouveau créneau à l’échange de données

La donnée s’immisce dans toutes les sphères de notre monde ultra-connecté. Tour d’horizon.

La blockchain se met au service de la relation humaine, par une désintermédiation des échanges. De potentielles applications concrètes de la blockchain serait d’intégrer l’homme dans un processus de blockchain. Il est au bout de la chaîne d’échanges. Prenons Bob. Lorsque celui-ci appuie sur l’onglet « acheter » sur son site de vêtements préféré, nul humain ne valide la transaction vérifiant que Bob soit bien solvable et que le site en question ne soit pas un faux. Il s’agit d’une opération automatisée et gérée par un ordinateur. En désintermédiant l’échange, on gagne en rapidité, en efficacité et on améliore le confort de l’opération. Cependant aujourd’hui, l’enjeu, outre le développement de la blockchain et sa démocratisation, c’est de s’assurer que le coût énergétique d’une opération via la blockchain ne soit pas plus gourmand que les opérations traditionnelles.

Speakers lors de la conférence sur la Blockchain

Intervenants : Philippe Lemoine (FING (Fondation Internet Nouvelle Génération)), Alice Lhabouz (Trecento Blockchain Capital) , Elise Guilhaudis (Numetik Avocats), Baptiste Manin (Airbnb) , Denis Lafont-Trévisan (Talao), Xavier Dalloz (Xavier Dalloz Consulting), Clément Bergé-Lefranc (Ownest)

L’ordinateur quantique, prochaine révolution informatique ?

Comment fabriquer les ordinateurs capables de disrupter tout le protocole réseau établi ? Celui-ci jusqu’à aujourd’hui évolue et progresse et ce, toujours selon une maîtrise humaine. Les capacités de l’ordinateur quantique conjuguent pour leur part des capacités de calcul sans précédent à des problématiques humaines. Aujourd’hui les décideurs en entreprise ne font pas réellement le choix optimum possible. La trop grande complexité des hypothèses face à un problème posé, le choix consiste en une minimisation du risque à un instant T.

La conférence tenue par IBM portait sur le futur de l’ordinateur quantique. Ce dernier, en prenant lui toutes les hypothèses en considération, sera en mesure de promulguer la meilleure solution possible. C’est une course contre la montre qui se profile pour les entreprises dans l’adoption de ce support. Les chercheurs eux-mêmes essaient de maîtriser le fonctionnement de l’ordinateur, mais pour le moment, seule l’interaction approfondie avec l’ordinateur est possible. Les théories mathématiques, comme par exemple celle de la relativité absolue d’Einstein, sont progressivement remise en cause au fil des découvertes. Les mystères de la technologie perdurent et nous tiennent en haleine.

La French Fab, un modèle d’initiative pour soutenir l’entrepreneuriat et l’innovation

L’innovation s’infiltre dans toutes les sphères de la société pour créer un nouveau rapport à celui-ci. On gagne en termes de vision sur l’industrie. L’utilisation de l’IoT, de l’intelligence artificielle ou réalité virtuelle pour accompagner notre vie est à l’ordre du jour pour mieux préparer demain.Face à un monde qui peut changer et s’accélérer de façon prodigieuse, les hommes tentent de fédérer et créer une société sensible aux leviers de ces bouleversements technologiques. C’est par le mariage de l’humain et de l’innovation technologique que le sentiment d’être dans un spin-off de Matrix peut disparaître. Toutes les rencontres qui auront eu lieu sur le salon BIG feront le terreau du monde de demain.

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *