mar 13.11 0

La technologie NFC arrive sur le réseau de transport d’Île-de-France !

Apparue vers 2011 en France dans quelques grandes villes, la technologie NFC commence à se répandre de plus en plus autour de nous et à devenir un incontournable dans notre vie, son potentiel d’usage offrant un large horizon d’applications diverses et variées ! Mais, qu’est-ce que c’est précisément ? Elle est présente, oui, mais où ?

La NFC : une technologie, un usage multiple

La technologie Near Field Communication NFC, ou Communication en Champ Proche CCP pour les défenseurs de la langue de Molière, est une technologie de communication à courte portée et à haute fréquence, concentrée dans une simple puce. Elle permet un échange d’informations entre deux périphériques dotés de la même technologie dans un périmètre d’une dizaine de centimètres. Ainsi, un périphérique NFC est capable de communiquer sans fil et sans contact avec un autre périphérique NFC.

Fort bien, direz-vous ! Mais quelle différence finalement avec les technologies que nous connaissons déjà comme le Bluetooth ou la WiFi ? Pour commencer, c’est plus simple à l’usage : aucun paramétrage nécessaire à effectuer, l’objet doté la technologie NFC se connectera de lui-même à l’autre terminal NFC. Ensuite, les puces NFC ont des caractéristiques différentes de celles utilisées pour le Bluetooth par exemple : de taille réduite, elles sont conçues pour qu’un lecteur NFC puisse dialoguer avec plusieurs d’entre elles de manière simultanée, sans risque de collision.

La technologie NFC étant matérialisée à travers une puce, on peut la retrouver sur des supports type carte, smartphone, bracelet connecté voire sur des lunettes ! Elle est facile à intégrer sur divers supports.

On distingue 3 modes de fonctionnement NFC, aux cas d’usage eux-mêmes distincts :

1.      Mode 1 : émulation de carte

Dans ce mode, dit passif, la puce NFC permet de stocker des données chiffrées et de les sécuriser.

Les applications courantes de ce mode sont multiples : paiement sans contact, billet de transport, de spectacle, contrôle d’accès à un bâtiment, points de fidélité dans un magasin…

 

Grand avantage de ce fonctionnement appliqué au smartphone : même si le téléphone est éteint ou que la batterie est vide depuis moins de 24h, l’émulation de carte reste opérationnelle ! Ce qui est plutôt une bonne nouvelle, la tendance générale étant d’avoir notre vie dans notre smartphone…

2.      Mode 2 : Peer-to-Peer

Ce mode permet l’échange rapide entre 2 dispositifs équipés de la technologie NFC. Similaire au Bluetooth, il peut être utilisé pour échanger des photos, vidéos ou autre fichiers. Le smartphone NFC peut aussi se transformer en télécommande domotique pour contrôler à distance divers équipements d’une maison.

3.      Mode 3 : Lecteur

 

Dans ce mode, dit actif, l’appareil équipé NFC est capable de lire des « tags » pour récolter des informations pratiques ou pour lancer une action de manière automatique. Certains musées utilisent ce mode dans un parcours de visite pour enclencher des  explications sur l’audioguide ou sur la tablette du musée.

 

Et la sécurité des données dans tout ça ? Pas de souci à se faire ! L’échange des données entre 2 appareils NFC est sécurisé pour 2 raisons. La première est que la NFC respecte des normes bien définies (ISO/EIC 14443 et FeliCa), utilisant des algorithmes de chiffrement et d’authentification. La seconde est la courte distance qui sépare les appareils NFC, réduisant fortement le risque de vol des données.

Ainsi, ces nombreux avantages et modes de fonctionnement ouvrent des cas d’usage toujours plus variés (certains vont même jusqu’à développer des bouteilles de spiritueux connectées par NFC…). Au quotidien, on retrouve la NFC notamment dans les transports en commun et des évolutions billettiques innovantes.

La technologie NFC offre ainsi de nombreux avantages et propose des usages intéressants pour le secteur du transport. Quelques villes comme Toulouse ou Strasbourg ont déjà franchi le cap et utilisent la NFC pour dématérialiser les titres de transport sur les smartphones des usagers. En 2019, ce sera à Paris et sa région.

La NFC au service du transport francilien

Et oui, de nouveaux supports pour nos titres de transport franciliens arrivent en 2019 ! La SNCF Transilien, accompagnée de la RATP et Optile et chapeauté par Île-de-France Mobilités, lance le téléphone comme support via l’application expérimentale Navigo LAB… en utilisant la technologie NFC !

Encore sous la forme d’expérimentation pour le premier semestre 2019, cette nouvelle offre est une offre hybride. L’application Navigo LAB sera à la fois un nouveau canal de distribution et un nouveau support de titres de transport

  1. Canal de distribution : l’application Navigo LAB offrira la possibilité à un utilisateur d’acheter des titres de transport T+ et des forfaits Navigo Mois et Navigo Semaine.
  2. Nouveau support : une fois les titres de transport achetés via l’application, ceux-ci sont stockés sur la carte SIM NFC du téléphone. Lors de son entrée sur le réseau de transport (bus, tramway, métro, RER/Transilien), il suffit alors à l’utilisateur de passer son smartphone sur les portiques ou bornes de validation.

C’est sur cette deuxième fonctionnalité de l’application Navigo LAB qu’intervient la technologie NFC. En effet, la carte SIM du smartphone sert de coffre-fort pour stocker les données des titres de transport, sur le mode « émulation de carte ».

En miroir, les portiques et les bornes de validation sont équipés de la NFC en mode « lecteur »,  pour récupérer les données sur les titres de transport chargés sur le smartphone : types de titres (T+, forfait Navigo Mois ou Semaine), zone de validité, jour/période de validité, etc.

Cette expérimentation sera accessible dès janvier 2019 aux utilisateurs sous certaines conditions :

  • Disposer d’un smartphone Android dernière génération (les IPhones n’étant pas encore éligibles)
  • Posséder une carte SIM compatible avec la NFC
  • Avoir pour opérateur soit Sosh soit Orange, partenaires de l’expérimentation

[D’ailleurs, si vous répondez à ces critères, n’hésitez pas à vous inscrire sur le site d’Île-de-France Mobilités, vous participerez à un grand projet du transport en Île-de-France]

Si cette expérimentation réussit, elle sera alors élargie à un périmètre plus large pour s’adresser aux utilisateurs de smartphones compatibles  NFC, sans restriction de système d’exploitation ou d’opérateurs. Le service NFC de l’application temporaire expérimentale Navigo LAB sera alors transféré dans l’application Vianavigo pour sa généralisation.

A travers ce type d’offres, les métropoles en France et les transporteurs souhaitent répondre à des enjeux plus globaux :

  • Développer un support plus fiable. Les titres T+ actuels sont sur des billets magnétiques, avec le risque bien connu de se démagnétiser. La technologie NFC offre cette fiabilité, d’autant plus qu’elle est opérationnelle même lorsque le téléphone est éteint.
  • Proposer un service moderne. Alors que nous avons de plus en plus tendance à avoir notre vie dans notre smartphone (SMS, mails, réseaux sociaux, appareil photo, réservation de taxi, commande de repas, accès bancaire, réservation de billet de train/avion…), pouvoir stocker ses titres de transport sur son smartphone semble être la prochaine étape évidente.
  • Se mettre au même niveau que d’autres grandes métropoles mondiales comme Londres ou Pékin qui proposent déjà ce service.
  • Pour Île-de-France Mobilités, il s’agit aussi d’un enjeu d’image fort de prouver que la région évolue avec son époque et propose des services qui correspondent aux besoins de sa population.
  • Enfin, n’oublions pas qu’avec les JO de 2024 et la forte affluence que cela va engendrer, il va devenir impératif pour Île-de-France et les différents transporteurs de faciliter l’accès aux titres de transport aux différents voyageurs pour permettre un parcours client fluide et sans irritants.

A l’issue de cette expérimentation, qui se déroulera jusqu’à juillet 2019, Île-de-France Mobilités et les transporteurs seront en mesure d’évaluer l’appétence de la clientèle francilienne à ce service et décideront alors de le diffuser à un périmètre plus large de clients.

Alors, hâte d’être déjà en juillet 2019 pour connaître le verdict ?

En attendant, une chose est sûre : les différents transporteurs mettent tout en œuvre pour nous proposer un parcours fluide et sans couture de A à Z !

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *