mar 29.10 0

Comment les startup de l’aérien font-elles bouger les lignes ?

Quelles sont les tendances actuelles et futures de l’aérien ?

Le trafic aérien est en hausse depuis plusieurs années. En 2018 l’OACI* annonçait 4,3 milliards de passagers transportés à bord des avions. D’ici 2037 le trafic aérien va doubler pour atteindre 8,2 milliards de passagers selon l’AITA**.

Face à cette croissance les compagnies aériennes se tiennent tête. Le secteur aérien connaît actuellement un phénomène d’hyper-concurrence entre les différents acteurs du marché qui veulent tirer leur épingle du jeu et répondre le mieux possible aux attentes grandissantes des clients (en termes de tarification, durée d’attentes, etc.).

 

Les compagnies aériennes doivent donc :

  • Optimiser l’expérience passager
  • Améliorer la performance opérationnelle
  • Augmenter les revenus annexes

et ceci en minimisant les risques environnementaux, sécuritaires et ceux liés aux cyberattaques.

*Organisation de l’Aviation Civile Internationale

**Association Internationale du Transport Aérien

Quelles réponses aux enjeux du secteur de l’aérien sont apportées par les startups ?

Au premier abord les startups de l’aérien semblent être les entreprises les mieux armées pour pouvoir répondre aux enjeux du secteur aérien malgré qu’elles bénéficient encore souvent de financements insuffisants.

En effet, 85% d’entre elles fournissent d’ores et déjà des solutions pour optimiser la performance opérationnelle (amélioration de l’efficacité, de la sécurité et de la fiabilité des opérations airside et landside) ou pour améliorer l’expérience passager (fluidité du parcours, confort à bord, personnalisation du parcours).

Ces startups sont aussi pionnières dans le travel retail (monétisation des services annexes) qui a pour objectif d’encourager les passagers dans des dépenses annexes en monétisant des services payants supplémentaires.

 

Quelles sont les tendances en termes de technologies utilisées par ces startups ?

Trois nouvelles technologies « deep tech » accélèrent l’innovation dans le secteur aérien.

  1. L’intelligence artificielle permet la création de chatbox pour la relation client, la gestion du trafic aérien, l’aide à la réservation de billets et de travailler autour de la caméra intelligente.
  2. La blockchain facilite l’accès aux programmes de fidélite, apporte une aide pour l’identification biométrique sécurisée, et renforce la fiabilité des chaînes d’approvisionnement.
  3. Enfin la réalité virtuelle/augmentée offre la possibilité de divertir les passagers en vol, d’entraîner les pilotes ou encore de supporter les opérations de maintenance.

 

Comment les startups et les grands groupes de l’aérien arrivent-ils à travailler ensemble ?

Très ancré traditionnel, le secteur aérien est attaché à travailler sur des enjeux de sécurité et de robustesse plutôt que de s’orienter vers des services connexes. C’est à cette problématique que viennent répondre les startups de l’aérien.

Deux mondes s’opposent entre les grands groupes aériens et les startups qui sont beaucoup plus agiles et aptes à innover. Les grands groupes l’ont compris pour pouvoir suivre la migration technologique, ils doivent être supportés par des startup capables de créer en un temps record et de commercialiser dans la foulée leur idée. Les startups leur permettent d’obtenir un noyau fonctionnel rapide sur le marché et de l’adapter par la suite.

Les compagnies aériennes apprécient le fait d’être challengé par ces startup. Ceci permet de leur démontrer qu’il existe des potentiels inexploités. L’usage de la data par les startups est un exemple de challenge. Si les compagnies aériennes acceptaient de partager plus de données, elles pourraient ainsi fluidifier les trajets des voyageurs.

Un exemple de startup s’alliant avec une compagnie aérienne ?

Coopération entre Safety Line et Transavia

Safety Line a émis un constat de base : les données des boites noires des avions n’étaient pas utilisées. Personne ne soutirait de la valeur de ces données. La startup a donc travaillé auprès de laboratoire de recherche pour pouvoir transformer ces données en produit.

De cette recherche, en est sorti la solution OptiClimb qui permet de répondre à un enjeu de performance opérationnelle. Grâce à l’intelligence artificielle, la solution exploite les données de vol aux conditions du jour. Cette exploitation des données de vol permet de déterminer un profil de montée optimisé qui par la suite réduit la consommation de carburant et les émissions de CO2. Les recommandations sont transmises aux pilotes pour réduire sa consommation de carburant mais aussi à ADP afin de mieux comprendre les problèmes de congestion et d’attente ; ce qui leur permet de comprendre les goulots d’étranglement.

La compagnie aérienne low-cost Transavia est la 1ère compagnie aérienne à s’être allié avec la startup Safety Line en 2018. Les bénéfices de la solution sont conséquents pour Transavia, leur facture en carburant a baissé totalement pour ainsi économiser 2 millions d’euros par an. Aujourd’hui plus de 75% des pilotes Transavia utilisent OptiClimb durant le vol.

Un exemple d’une compagnie aérienne qui lance sa propre initiative startup ?

BigLank by AF-KLM

BigLank est un studio de démarrage de startup dont le but est d’explorer les tendances du secteur du voyage et repenser l’expérience passager.

Le concept est simple : identifier une problématique sur la chaîne de valeur, s’ensuit une phase d’idéation et de validation, puis un prototypage et enfin une phase d’accélération. Ce processus permet de faire cheminer une idée avec des entrepreneurs tout en s’appuyant sur les connaissances d’AF-KLM. Dès lors que l’idée est validée, les entrepreneurs créent une startup grâce à une aide financière d’AF-KLM.

Il s’agit d’une structure hybride qui se développe actuellement et rencontre beaucoup de succès car c’est l’opportunité de créer de la valeur en développant de nouveaux services.

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *