jeu 06.06 0

Vivatech 2019 : Retour sur le RDV international incontournable

Viva Technology, c’est LE RDV incontournable de la scène technologique française, et cela n’est plus à démontrer selon Grégoire Germain, CEO et fondateur de HarfangLab, start-up créée en 2018, spécialisée en cybersécurité et investigation numérique. Du jeudi 16 Mai au samedi 18 Mai 2019, le salon Viva Technology a hissé les voiles de sa 4ème édition à Paris Expo – Porte de Versailles, placés sous le thème de la collaboration technologique entre grands groupes et start-ups. Au total, ce ne sont pas moins de 2000 start-ups, 1900 journalistes, 450 speakers et plus de 100 000 visiteurs qui se sont présentés lors de ces 3 jours exceptionnels.

Coorganisé depuis 2016 par Publicis et le groupe Les Echos, ce « CES Européen » ne désemplit pas et tend à se surpasse chaque année au travers de stands toujours plus impressionnants et riches d’expériences, et de technologies toujours plus novatrices. De l’Afrique à l’Arménie, Viva Technology offre au grand public de même qu’aux professionnels du monde entier, un panorama complet des dernières tendances technologiques.

Au programme de ces 3 jours : des pitchs et des conférences, mélangeant les dirigeants de grandes entreprises et de start-ups. Ajoutez à ceci, les démos des technologies émergentes qui façonneront le monde de demain. Viva Technology a donné l’occasion pour l’ensemble des professionnels, passionnés et curieux, de poser un pied dans le futur. De la voiture volante aux robots de dernière génération, le spectacle était garanti et tout était présent pour faire rêver les visiteurs.

Parmi la diversité des projets présents durant ces 3 jours, il fallait compter sur des incontournables comme l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, l’IoT, ou encore la cybersécurité. Des éléments qui dressent le paysage d’un environnement technologique complexe mais unifié autour de bases communes et régulièrement mis au goût du jour.

Fan de techno ? Alors embarquez sans plus attendre avec le Digital Corner au travers d’une rétrospective de cette 4ème édition du salon Viva Technology.

Nouvelle vision du monde avec les réalités immersives

Stand Thales – Simulation VR d’un métro

Présentée comme l’expérience vedette du salon, la réalité immersive est une constante omniprésente du salon qui ne tarit pas d’amateurs. Il est devenu incontestable que les réalités immersives, qu’elles soient virtuelles, augmentées ou mixtes ; présentent de réels intérêts pour les entreprises. Intégrées en tout premier lieu par les entreprises du secteur industriel, la réalité immersive s’est petit à petit démocratisée à tous les secteurs d’activités. Et le salon Vivatech nous le montre bien ! Oculus, Microsoft, HTC autant d’éditeurs présents durant ces 3 jours afin de propager la sainte parole de la réalité immersive ; mais pas que… De nombreuses entreprises ont cerné le réel potentiel que représente l’intégration de cette technologie dans leurs activités et les demos ont parlé d’elles-mêmes.

Tous les domaines sont présents : l’Agence Innovation Défense (AID) accompagne les mainteneurs du matériel terrestre de l’armée de Terre en utilisant la réalité augmentée ; Valeo nous fait conduire une voiture futuriste autonome ; TF1 VR nous envoie au cœur de l’opération Barkhane lors d’un reportage immersif ; et Oxford VR nous propose de repousser notre peur du vide au travers d’un usage thérapeutique de la réalité virtuelle.

Selon une analyse sur les technologie immersives conduite par McKinsey en octobre 2017, ces dernières vont fondamentalement changer la manière dont nous interagissons avec notre environnement. Toujours selon cette étude l’AR et la VR devraient se développer pour atteindre un marché de 95 milliards de dollars d’ici 2025, couvrant d’avantage de cas d’usages. Ce qui nous démontre que la réalité immersive est un enjeu stratégique réel qui présente un avantage concurrentiel certain.

La robotique, c’est magique !

Stand Intuitive Surgical – Présentation du robot DaVinci

Qui n’a jamais rêvé d’avoir un Transformers ou encore un de ces robots assistants que l’on peut apercevoir dans le film d’Alex Proyas, « I-Robot « . Bien que les machines autonomes soient très représentées dans la cinématographie, elles n’en demeurent pas moins présentes dans notre quotidien. La robotique simplifie considérablement l’exécution des tâches quotidiennes dans les industries mais s’étend depuis peu à l’ensemble des activités générées par les sociétés. Lors du salon, le Digital Corner a pu se projeter dans un futur où l’homme serait assisté au plus près de ses activités par des robots intelligents.

Découvert lors du EDF Robot Show et Star du salon, ANYmal est un robot présenté par la société « ANYbotics ». Ce quadripède mécanique permet à de nombreuses sociétés de révolutionner leurs activités courantes : livraison de colis, effectuer des missions de sauvetage ou encore la surveillance de plateforme pétrolière offshore en totale autonomie. Coté Santé, l’entreprise américaine « Intuitive Surgical » présentait sa dernière version du robot chirurgical téléopératoire « DaVinci », permettant d’effectuer des opérations chirurgicales complexes avec une extrême précision. Cerise sur le gâteau, « Twiice » atténue les contraintes du handicap avec son exosquelette des membres inférieurs, qui permet aux personnes souffrant de paraplégie de se lever et de marcher de nouveau.

On remarquera ici, la grande diversité des projets robotiques portés par une volonté commune d’améliorer et de faciliter les tâches quotidiennes.

Imaginons l’Intelligence de demain avec l’IA

Conférence sur l’IA délivrée par Microsoft

Tout comme la VR ou la robotique, l’Intelligence Artificielle s’est démocratisée dans de nombreux secteurs d’activités. Niveau Santé, IBM souhaite utiliser l’IA comme base de découverte des futurs traitements contre le cancer du sein. Dans le domaine de l’aéronautique, la DGA (Direction Générale de l’Armement) planche sur la conception d’avions et drones utilisant l’IA dans le but d’assurer une maintenance prédictive et robotisée. Parallèlement à cela, nous assistons à de nouveaux cas d’usages impulsés par des start-ups dont les capacités d’idéation et d’innovation sont de réels vecteurs de transformations.

C’est par exemple le cas de « AIZEN », qui propose un accompagnement des entreprises du secteur bancaire au travers de solutions IA pouvant aider le traitement de taches liées au management des risques financiers et à la détection de fraude. Dans le secteur musical, la start-up « Muzeek » propose de booster l’IA et ses algorithmes, dans le but de permettre la génération de playlists musicales intelligentes et adaptatives en fonction de vos montages vidéo.

De nombreux talk-shows au sujet de l’IA ont animé le salon. C’est donc sur la scène du Média Lounge de Wavestone que Maximilien Moulin nous explique comment passer de l’IA à effet de buzz à de l’IA capable de constituer une réelle valeur ajoutée et un réel avantage compétitif. « Il a été estimé que les start-ups et fintechs pourraient aspirer jusqu’à 25% des parts de marchés aux banques traditionnelles d’ici à 2020 » nous explique-t-il. Une situation qui dresse un paysage complexe et réactif auquel les acteurs du secteur bancaire devront très rapidement réagir.

L’innovation technologique au cœur de la mobilité

Stand Citroën – Présentation du concept-car 19_19

La mobilité et les futurs moyens de transports font partie des sujets de préoccupation essentiels des industriels du transport. Au centre de cette nébuleuse technologique, beaucoup de projets étaient focalisés autour de la mobilité de demain et du Smart véhicule. Quel sera le véhicule de demain ? Ou encore, comment la technologie peut-elle répondre aux enjeux éco-responsables ? Ce sont autant de questions liées au futur de la mobilité qui ont animé les différents talkshows présentés lors du salon. Entre design futuriste et véhicules hyperconnectés, l’intention du salon n’était pas de spectaculariser le futur du transport mais de les rendre acceptable, possible et désirable par le grand public et les investisseurs.

Attention ! On m’indique dans l’oreillette que les voitures volantes ont atterri à Viva Technology ! C’est sur le stand de la région sud que le taxi-hélicoptère Hovertaxi a décidé d’apponter. « La mobilité étant étroitement liée aux questions environnementales et sociétale, ce taxi hybride 100% électrique à l’allure futuriste permettra à terme de décongestionner le trafic terrestre » nous explique Jean Davy, consultant sur le projet.

La mobilité est aussi à l’honneur cette année et pour cause, Citroën a profité de l’occasion pour nous présenter deux concept-cars. Le premier, l’Ami-One qui s’affranchit des codes automobiles avec son aspect cubique et sa connectivité. Le second, le 19_19, avec son look futuriste tout droit sorti du film « Tron Legacy » qui prône l’ultra confort et l’Intelligence Artificielle au service du passager.

La Start-up polonaise Hyper Poland est aussi de la partie quand il s’agit de casser les codes de la mobilité. L’entreprise propose une variante de l’Hyperloop poussé par Elon Musk. Fusionnant la suspension magnétique avec l’aérodynamisme, Hyper Poland souhaite nous faire voyager à ultra-grande-vitesse.

De l’hélicoptère hybride à la voiture futuriste en passant par le train ultra-rapide, tout y était pour émerveiller les passionnés de mobilité.

La cybersécurité, un enjeu majeur

Stand Thales – Pôle cybersécurité

Notre monde est de plus en plus connecté et connait une prolifération de menaces informatiques couvrant désormais des enjeux géostratégiques, business ou éthiques. Le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Airbus, Volkswagen, Uniqlo, ou encore le géant Facebook ont tous fait face à une cyberattaque en 2018. Ces événements nous rappellent que personne n’est à l’abri d’une fuite de données massive ou d’une cyberattaque et que les risques doivent être traités comme des risques systémiques affectant tout ou partie d’un écosystème organisationnel. Conscient de la nécessité d’une collaboration entre les grandes entreprises et les start-ups dans le domaine de la cybersécurité, Wavestone a profité de sa présence à Viva Technology pour dévoiler un rapport baptisé « Radar 2019 des start-ups cybersécurité française« . Ce rapport dresse un listing analytique des start-ups impliquées sur des thématiques telles que la Data Security, l’Identity & Access management ou la sécurité de la vie privée. Autant de thématiques défendues par l’ensemble des spécialistes en cybersécurité présents lors de ces 3 jours.

Lors du salon, nous avons discuté avec les hackers de la start-up « Yes We Hack », qui met en relation ses 7500 hackers « white hat » avec des entreprises dans le but de détecter et tester la vulnérabilité des systèmes d’information de ces dernières. Au coin du stand Thales, « HarfangLab » nous invite à tester sa plateforme de cyberdéfense Hurukai, capable de détecter, qualifier et neutraliser l’ensemble des cyberattaques contre les entreprises. Enfin la Deeptech française « Cyber-Detect » utilise l’analyse morphologique de codes binaires afin de briser les lignes de codes malveillantes.

Comme le dit si bien Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, « il n’existe pas de sécurité absolue, mais une sécurité au juste niveau« . Et c’est exactement ce qu’essaye de proposer cet écosystème européen de start-ups au pouvoir d’innovation et d’idéation conséquent.

Le Coup de cœur du Digital Corner

Expérience d’un jeu de football guidé par la pensée – Mentalista

Mentalista ! Non non, on ne vous parle pas de la version espagnole de la série « The Mentalist » mais bien d’une start-up au projet fou ! Mentalista a fait le buzz sur le salon ! Et pour cause, cette entreprise spécialisée dans l’interaction cerveau-environnement nous a projeté dans un film de science-fiction.

Imaginez pouvoir faire bouger un objet seulement avec la pensée. C’est maintenant chose faite ! Au travers d’un algorithme capable d’analyser les images mentales issues de notre cerveau et la matérialisation électrique de ces dernières permettant de créer une action physique, Mentalista nous fait jouer au foot au travers de la télékinésie.

Expérience garantie !

Conclusion

Nous l’avons vu, Viva Technology c’est l’opportunité pour tous de découvrir les dernières pépites technologiques qui feront notre monde de demain. Au travers d’expériences sensationnelles et de talk-shows aux orientations diverses, les 56 000 m² pris d’assaut par les grands groupes et start-up nous ont fait voyager dans un futur palpable et proche.

En attendant la saison 5 de Viva Technology, le Digital Corner vous dit « Bon baiser du futur » et vous laisse sur une citation de la Guest-Star du salon, le fondateur et ex-CEO de Alibaba, Jack Ma : « Nous devrions passer plus de temps à envisager comment nos décisions changent le futur ! On ne peut rien faire pour hier, très peu de chose pour aujourd’hui, mais le moindre changement présent peut avoir de considérables répercussions sur le long terme. » – Jack Ma, fondateur et ex-CEO d’Alibaba.

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *