ven 17.05 0

Pollution numérique : soyons (plus) responsables !

Communication instantanée avec les quatre coins du monde, accès à une quantité illimitée d’informations en toute mobilité, le numérique participe pleinement au développement économique, social et culturel de la société. Environ 300 millions de personnes supplémentaires ont eu accès à Internet en 2018, soit en moyenne 10 nouveaux utilisateurs par seconde[1]. Cependant, comme vous pouvez l’imaginer, tout ceci n’est pas sans conséquence sur l’environnement.

Alors quel est l’impact de cette transition numérique sur notre planète ?

Si vous n’en avez aucune idée précise, sachez que vous n’êtes pas les seuls : 73 % des Français n’ont jamais entendu parler de pollution numérique[2]. Et pourtant, il émet autant de CO2 que l’industrie aérospatiale mondiale[3], de quoi se pencher sérieusement sur le sujet…

À titre d’exemple, envoyer un texte par email revient à laisser une ampoule de 12 Watts allumée pendant 1 heure ; or en moyenne, 10 milliard de mails sont échangés dans le monde toutes les heures[4]. Regarder une heure de vidéo en streaming ? Cela consomme autant d’électricité qu’un réfrigérateur pendant une année[5]. Vous souvenez-vous du clip Gangnam Style ? Avec 2,7 milliard de vues, le clip aurait consommé la production annuelle d’une petite centrale électrique[6] !

Malgré ces chiffres alarmants, trop peu connus, notre consommation d’énergie liée au numérique augmente en moyenne de 9 % par an selon le rapport établi par The Shift Project[7]. Il semble donc urgent de faire preuve de pédagogie envers tous, entreprises et particuliers, afin de provoquer une réelle prise de conscience face à cette pollution invisible, et de favoriser l’adoption de comportements plus responsables.

Vous souhaitez agir dès maintenant ? Bonne nouvelle, c’est possible !

En tant qu’utilisateurs, il existe de bonnes pratiques simples à adopter pour minimiser l’émission de CO2.

 

La première consiste à prolonger la durée de vie des équipements numériques et à acheter de façon plus responsable. Environs 60 métaux différents sont nécessaires à la fabrication d’un téléphone portable mais seulement une vingtaine de ces métaux sont recyclables[8]. Choisissez des appareils plus économes portant un label environnemental (écolabel européen, EPEAT, écolabel Nordique, l’Ange bleu, TCO), mais surtout privilégiez la réparation et l’occasion !

Limitez la consommation énergétique de vos appareils en les éteignant le plus souvent possible, et en désactivant les fonctions GPS, Wifi et Bluetooth lorsqu’elles ne vous sont pas utiles. Pour se connecter à Internet avec votre ordinateur, préférez le câble Ethernet plutôt que le wifi.

Autre point : le choix et l’utilisation du navigateur internet ne sont pas sans importance. Des navigateurs moins énergivores et plus écologiques existent, tel Brave ou Ecosia. Rentrez directement l’adresse du site internet que vous visez, plutôt que de passer par un moteur de recherche en utilisant des mots clés. A minima, pour les sites régulièrement visités, utilisez les favoris du navigateur, cela peut diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre[9]. Limitez le nombre d’onglets ouverts et inutilisés, car ils se mettent à jour en arrière-plan et consomment de l’énergie en continu. Enfin, il est conseillé de vider régulièrement le cache de votre navigateur.

En ce qui concerne l’utilisation de l’e-mail, des gestes à la portée de tous suffisent à réduire leurs impacts, par exemple :

  • Nettoyer la liste de diffusion et limiter le nombre de destinataires (éviter d’utiliser la fonctionnalité « répondre à tous ») ;
  • Réduire la taille de l’e-mail en optimisant les pièces jointes (exemple utilisation d’un lien) et en enlevant les images dans la signature ;
  • Supprimer régulièrement ses e-mails et se désabonner de newsletter dont on se désintéresse (l’application Cleanfox peut vous aider à le faire).

Autre dimension : les data centers, chacun consommant en moyenne l’équivalent de 30 000 habitants européens en une journée[10]. Pour minimiser cet impact environnemental, favorisez le stockage de données en local plutôt que sur le cloud (qui lui s’appuie sur un data center), et n’utilisez le Cloud que pour informations nécessaires en pensant à les supprimer lorsque vous n’en avez plus usage.

Toutefois, ces bonnes pratiques ne sont qu’une solution à court terme, car n’ayons pas peur de le dire, elles restent contraignantes pour un utilisateur qui était venu chercher un produit ou service supposé lui simplifier la vie. On s’approche dangereusement de l’écologie punitive dont on connaît le succès aujourd’hui…

A contrario, penser la transition numérique sans anticiper les effets de rebonds sur l’écologie n’est plus acceptable de nos jours au regard de l’importance de ces enjeux écologiques.

Il est donc nécessaire de faire converger transition écologique et transition numérique :

L’écoconception vise à répondre à cette problématique. En effet, au lieu de se préoccuper de l’impact écologique du produit ou du service une fois sur le marché, le respect des principes de développement durable est pris en compte dès la phase de conception. Ceci permet d’élaborer des services numériques durables, tout en offrant une bonne expérience utilisateur.

 

Selon le livre blanc « l’écoconception des services numériques », ce principe d’écoconception repose sur plusieurs piliers :

  • la prise en compte du cycle de vie du produit/service (fabrication, distribution, installation, utilisation, fin de vie) ainsi que la considération du comportement écologique des parties prenantes ;
  • les fonctionnalités du produit/service : usage, niveau de performance et durée ;
  • la mesure des indicateurs environnementaux liés au produit/service (ressources naturelles utilisées, consommation d’eau, production de déchets, etc.) en s’assurant qu’il n’y a pas de transfert de pollution (Ex : je réduis mes émissions de gaz à effet de serre, mais au prix d’une augmentation de ma consommation d’eau).

Le groupe Solocal, détenteur du site pagesjaunes.fr ayant choisi de se lancer dans l’aventure de l’écoconception pour la refonte de son site internet, a été accompagné par GreenIT.fr pour réaliser un audit global du site existant et former les collaborateurs à l’écoconception. Après avoir mis en place 34 bonnes pratiques d’écoconception (Ex : réduction de la couverture fonctionnelle, limitation du recours aux plug-ins, choix d’un hébergeur « vert », limitation du nombre de résultats, favorisation des pages statiques…), le site a pu réduire de 43 % le nombre de requêtes HTTP et de 1/3 le poids moyen de ses pages web. Concrètement, sur l’environnement, le groupe Solocal a pu réduire de 15 % ses émissions de gaz à effet de serre et de 21 % sa consommation d’eau[11]. Un impact significatif, qui devrait suffire à motiver d’autres entreprises à emprunter ce même chemin !

Indépendamment de l’aspect écologique, l’écoconception a un impact positif sur la rentabilité des entreprises. La marge bénéficiaire des produits écoconçus se situe, en moyenne, 12 % au-dessus de la marge des produits conventionnels[12]. Et cerise le gâteau, cette dernière améliore généralement l’image et la notoriété de l’entreprise !

L’écoconception est donc un important levier de création de valeur pour les entreprises, permettant de prendre en compte les enjeux liés à l’environnement, l’expérience client et la profitabilité, le tout pouvant offrir un véritable avantage concurrentiel.

La prochaine étape ?

Mettre la puissance du numérique au service de l’écologie ! Concevoir des innovations sans effet de bord, générant des disruptions écologiques et contribuant à changer de manière durable nos habitudes, notamment en terme de production, de consommation et de mobilité. Alors, êtes-vous prêts à relever le défi ?

 

 

Article écrit avec l’aide de Florian Carrière, Senior Manager au sein de du cabinet de conseil Wavestone

[1] Benoit Seblain, Digital, social et mobile : état des lieux au dernier trimestre 2018, https://wearesocial.com/fr/blog/2018/10/digital-social-et-mobile-etat-des-lieux-sur-le-dernier-trimestre-2018, Octobre 2018

[2] Occurrence et Digital For The Planet, Les Français face à l’écologie digitale, http://occurrence.fr/newsite/wp-content/uploads/2018/06/Ecologie_digitale_V2.pdf, Mai 2018

[3] Inès Leonarduzzi, Combattre la pollution digitale selon Inès Leonarduzzi, https://www.linkedin.com/pulse/combattre-la-pollution-digitale-selon-in%C3%A8s-in%C3%A8s-leonarduzzi/, Avril 2018

[4]  ADEME, La face cachée du numérique, https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-face-cachee-numerique.pdf, Novembre 2018

[5] Green Peace, Clicking clean: who is winning the race to build a green internet?, https://storage.googleapis.com/planet4-international-stateless/2017/01/35f0ac1a-clickclean2016-hires.pdf, Janvier 2017

[6] France TV Info, Cette pollution invisible que génère internet, https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/video-cette-pollution-invisible-que-genere-internet_2011199.html, Janvier 2017

[7]  Shift Project, Pour une sobriété numérique, https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2018/10/2018-10-04_Rapport_Pour-une-sobri%C3%A9t%C3%A9-num%C3%A9rique_Rapport_The-Shift-Project.pdf, Octobre 2018

[8] Mme Marie-Christine Blandin, Rapport d’information sur l’inventaire et le devenir des matériaux et composants des téléphones mobiles, https://www.senat.fr/rap/r15-850/r15-8501.pdf, Septembre 2016

[9] ADEME, La face cachée du numérique, https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-face-cachee-numerique.pdf, Novembre 2018

[10] Les écolo Humanistes, La pollution d’internet, http://lesecolohumanistes.fr/pollution-internet/, Octobre 2016

[11] Alliance Green IT, L’écoconception des services numériques, https://syntec-numerique.fr/sites/default/files/Documents/livre_blanc_ecoconception_des_services_numeriques_0.pdf, Février 2017

[12] L’Institut de développement de produits et Le Pôle Éco-conception et Management du Cycle de Vie, La profitabilité de l’écoconception, https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/rapport_profitabilite-ec-2014_web.pdf, Janvier 2014

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *