ven 25.08 0

Toyota et Microsoft: un partenariat révolutionnaire?

L’industrie automobile est en pleine transformation. En effet, entre la démocratisation des véhicules écologiques, hybrides, électriques, et le développement des voitures autonomes, le secteur est en marche vers une révolution.

 

Quels sont les principaux acteurs ?

Les grandes entreprises high-tech se mettent de plus en plus à développer leurs propres véhicules. Google en est un des précurseurs, mais il n’est pas le seul. Intel investit 15,3 milliards de dollars dans Mobileye et ses systèmes anticollisions et d’assistance à la conduite de véhicules. Qualcomm quant à lui, habituellement spécialisé dans la technologie mobile, vient de présenter un système permettant de recharger les véhicules électriques pendant leur trajet. SoftBank et ARM entre autres, entendent accroître aussi leur part de marché.

Les constructeurs automobiles, de leurs côtés cherchent à faire entrer la technologie dans leurs véhicules (du Bluetooth à bord à la reconnaissance vocale). PSA travaille par exemple avec Vinci pour faire communiquer leurs véhicules autonomes avec l’infrastructure des péages. Les véhicules sont ainsi guidés à travers la zone de péage en suivant une trajectoire pré-enregistrée en fonction des disponibilités des voies, en temps réels, et grâce à une antenne UBR (Unité de bord de route) positionnée 300 mètres avant la barrière.

Les entreprises high-tech (avec la google car  et l’apple car entre autres) se retrouvent ainsi concurrents des constructeurs automobiles.

La même logique suivie par Microsoft ?

Microsoft a d’abord dévoilé son concept « Windows In The Car » il y a trois ans. Le principe était d’afficher des applications mobiles sur l’écran du tableau de bord, en version optimisée et adaptée à la conduite et d’ouvrir le concept aux développeurs. Cependant, le projet s’est soldé par un échec à cause des trop nombreux dysfonctionnements du système.

Au mois de janvier dernier, durant le CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas, Microsoft annonce ne plus vouloir se lancer dans la construction de voitures autonomes. Il opte pour l’accompagnement des constructeurs en alimentant leurs véhicules en logiciels. Cette annonce constitue un véritable contre-pied à ce que proposent ses concurrents et un véritable changement dans la stratégie de Microsoft. Celui-ci ne se positionne plus comme concurrent par rapport aux constructeurs, mais bien en tant que partenaire. Le géant de l’informatique a bien compris que les constructeurs automobiles ont besoin d’une réelle expertise dans le domaine informatique pour l’intégrer à leurs voitures.

Dans ce sens, Microsoft fait une nouvelle annonce le 22 mars. L’entreprise communique cette fois, sur la mise en place de son programme de licence automobile avec un premier partenaire de choix : Toyota. Ce programme met à disposition des constructeurs partenaires, les technologies développées par Microsoft telles que l’accès à la navigation, le divertissement et les fonctions de reconnaissance vocale.

Un partenariat avec Toyota : étonnant ?

“Through this patent partnership between Toyota and Microsoft, we will be able to innovate faster to deliver new, contextual and immersive experiences to our customers,”

« Grâce à ce partenariat entre Toyota et Microsoft, nous serons en mesure d’innover plus rapidement pour fournir de nouvelles expériences, contextuelles et immersives à nos clients » a déclaré Tokuhisa Nomura, directeur général R&D de Toyota, dans un communiqué.

Toyota, de son côté, n’est pas étranger à Microsoft. En effet, ces deux entités ont collaboré ensemble depuis au moins un an, pour la création du data center du constructeur : Toyota Connected. L’entité subsidiaire de Toyota a pour but de travailler sur la voiture connectée en se basant sur la plate-forme cloud computing de Microsoft : Azure.

Il n’est donc pas surprenant de retrouver ces deux acteurs à coopérer dans le développement des véhicules connectés. Le duo envisage d’ailleurs, de créer de nouveaux services aux véhicules : un moniteur de fréquence cardiaque intégré au volant, un système de prédiction du trafic grâce au partage de données entre véhicules, une planification automatisée de maintenance préventive du véhicule…

Gartner estime à 250 millions, le nombre de voitures connectées en circulation d’ici 2020. Ces évolutions technologiques constituent donc un enjeu majeur dans le marché de l’automobile et Toyota n’est pas le seul constructeur courtisé par Microsoft…

Quelles stratégies les autres constructeurs vont-ils adopter ? Ce partenariat permettra-t-il à Toyota ou Microsoft de réellement se démarquer de la concurrence ?

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *