mar 17.02 0

Quand la technologie s’invite dans vos assiettes !

Ceci pourrait constituer un paradoxe : la restauration, pourtant un des plus vieux métiers du monde et au demeurant très artisanale, semble s’accoutumer aux nouvelles technologies. Loin d’en être effrayée, tablettes, objets connectés, big data ou encore réalité augmentée semblent lui donner de nouvelles sources d’inspirations.

Les tablettes, vecteur de diffusion technologique

Table num
Table numérique – Pizza Hut

Commençons par le plus évident. La prolifération des tablettes a donné naissance à une multitude d’applications, que nous pourrions qualifier de « nice to have ». Elles permettent des actions basiques, comme prendre une commande à distance, s’informer en attendant la commande (Pizza Hut) et éventuellement de simplifier la gestion du restaurant (FoodNovate). Puisque quasiment tout le monde en est familier, prenons pour exemple McDonald. La prise de commande peut se faire sur des bornes automatiques. Lors de l’opération, il est possible d’avoir un détail précis de la commande (origine des produits, etc.) et de payer directement. Une fois la commande passée, des écrans d’affichages permettent de suivre l’avancement de la préparation et de savoir quand venir la retirer. Ces solutions ne font finalement qu’apporter un certain confort au consommateur et au gérant.

 

Cubes couleurL’utilisation de tablettes devient vraiment intéressante lorsque ces dernières ne se limitent pas à reproduire quelque chose qui existait déjà mais lorsqu’elles apportent un contenu différent (partage, intelligence, fun, etc.). Si vous avez la chance de voyager à Tokyo, profitez-en pour vous rendre au Logbar. Muni d’un iPad, vous pourrez commander votre menu mais aussi participer à la carte en y proposant votre propre cocktail. Vous en serez d’ailleurs récompensé de 50 yens si un autre client choisi votre mélange. Et si vous voulez être sûr de rentrer chez vous le même soir, vous pourrez utiliser les cubes connectés changeant de couleurs développés par Dhairyan Dand. Ces derniers évoluent du bleu au rouge en fonction de votre consommation et peuvent même envoyer un SMS à votre meilleur ami l’invitant à venir vous chercher en cas d’excès.

S’il y a bien une chose en laquelle je crois, c’est que la technologie va continuer de révolutionner le milieu de la santé. Et la santé passe aussi par l’alimentation.

Les autres technologies doivent encore faire leurs preuves

Que nous considérions les capteurs intelligents, les objets connectés, la réalité augmentée ou encore l’holographie, de nombreuses initiatives sont en cours.

hologramme
Bientôt des tutoriels par hologrammes !

Certaines sont clairement destinées aux cuisiniers (particuliers ou professionnels) afin de les assister dans leurs préparations. Electrolux semble moteur dans ce domaine avec le développement de deux produits. Le premier, SmartKnife, est un couteau muni de capteurs et d’un écran digital. Il permet en particulier de juger la qualité des produits utilisés (fraicheur, infection bactériologique, nutritions, etc.). Avec ce produit, fini les indigestions ! Le second, Global Chef, est encore à l’état de concept. Il propose de connecter des gens du monde entier pour partager et développer leur cuisine. La particularité de ce concept est que les personnes entreraient en relation visuellement par hologramme. Bien des problématiques techniques et financières restent encore à résoudre vis-à-vis de cette technologie mais combien seriez-vous prêt à donner pour des conseils d’Anne Sophie Pic, de Christophe Michalak, ou de votre grand-mère pour la préparation de votre dîner romantique ?

QRcode
QRcode – Harney Sushi

Pour les moins aventuriers d’entre vous qui préférerons faire confiance au restaurateur, sachez que vous pouvez dès à présent vérifier « en un flash » la qualité des produits vendus (provenance, indice nutritionnel, etc.). C’est ce que fait Harney Sushi en étiquetant chacun de ses produits d’un QRcode. Ce concept est effectivement intéressant pour les traiteurs qui n’ont pas forcément une forte contrainte de présentation des aliments mais qui veulent toutefois rassurer leurs clients sur la provenance des produits. Je vous laisse imaginer le malaise qu’une telle présentation ferait chez un étoilé Michelin !

 

De nos jours, la mode est au burger. Seulement, comment combiner la rapidité des fast food avec la qualité des grands restaurants ? Momentum Machines commercialise une machine permettant d’industrialiser la production de burgers. La machine tient sur 3 m2 et nécessiterait un investissement (conséquent) de 100 000€. Elle est capable de produire jusqu’à 400 burgers/jour dans des conditions sanitaires irréprochables. D’après Momentum, l’investissement serait amorti en moins d’un an puisque la machine est quasi autonome, ce qui laisse une question en suspens… Que deviennent les employés devenus inutiles ?

 

Pour terminer avec un exemple encore plus surprenant, des chercheurs de l’Université de Tokyo ont développé un nouveau régime à base de… réalité augmentée ! L’idée est d’utiliser cette technologie pour augmenter visuellement la taille des aliments, en espérant que le consommateur réduirait sa quantité de nourriture. Il arriverait ainsi visuellement à satiété.

 

Nous le voyons la technologie semble vouloir faire sa place dans les cuisines. Il est encore tôt pour savoir si elle parviendra à s’imposer, les concepts devront être mis à l’épreuve des consommateurs avant de se généraliser. Il ne faudra cependant pas oublier que ce qui fait un bon repas c’est avant tout le moment de convivialité passé. Que ce soit dans la dégustation ou dans la préparation. La majorité des innovations semble venir des Etats-Unis et du Japon. Reste à savoir si la France, pays de la gastronomie, saura faire évoluer ses principes pour s’adapter aux attentes changeantes des consommateurs…

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *