mar 27.11 2

[Facilitons l’Open Data !] Un acteur clé de l’écosystème

Alors que l’Open Data continue à faire son bout de chemin avec notamment une confirmation de la part du gouvernement français de poursuivre ses efforts sur le sujet, un nouvel acteur est en train d’apparaitre de plus en plus visiblement dans l’écosystème : les startups spécialisées dans la génération d’API pour l’Open Data. 

Des données lourdes à traiter  

Aujourd’hui, la plupart des données libérées par sur data.gouv.fr, le site d’Open Data du gouvernement français, sont téléchargeables sous forme de fichiers .csv ou .xls (Excel). Un problème s’impose alors. Ces données sont délivrées de façon relativement brutes. Il faut en effet visualiser des tableaux de données qui peuvent atteindre facilement des centaines de milliers de lignes. 

Lors des hackatons qui s’organisent pour stimuler la réutilisation de ces données ouvertes, une majeure partie du temps de travail est consacrée au traitement de ces données. En effet, il faut convertir ces monumentales tables de données en portes d’entrées et de sorties lisibles afin de communiquer de façon fluide avec des applications web ou mobile. 

Autant dire donc que monsieur et madame tout le monde aurait bien du mal à retrouver en quelques secondes ou même en quelques minutes l’information qu’ils recherchent sur le lycée de leur cher petit dans le fichier « Indicateurs de valeur ajoutée des lycées d’enseignement général et technologique » qui comprend des informations sur tous les lycées de France… 

C’est donc là que le bât blesse. En effet, une innovation ne peut pas se déployer convenablement et toucher l’ensemble de son marché potentiel si on ne peut pas facilement se l’approprier. C’est ce qui fait notamment la force d’Apple. Il suffit de regarder l’iMac sortit en 1998. Ses formes rondes et son bleu transparent ont su rendre ludique et accessible les ordinateurs personnels. De même, le premier iPhone était d’une simplicité d’utilisation enfantine à côté du monstre de technologie qui se cachait déjà derrière. C’est ce qu’on appelle l’innovation pour le design. Il faut penser très tôt à la simplicité d’utilisation pour qu’un produit innovant se diffuse vite et bien sur son marché final. 

Revenons à l’Open Data. Nous avons vu qu’il faut des portes d’entrées et de sorties entre les tables de données et l’application finale pour rendre lisibles et facilement accessibles les informations. C’est le principe des API (Application Programming Interface). Elles permettent en effet à plusieurs logiciels, bases de données ou applications, de communiquer entre eux.

Un nouvel acteur clé dans l’écosystème de l’Open Data

 

Aujourd’hui, ces API sont créées tant bien que mal par les développeurs lors des hackatons. Toutefois, il est bon de noter que ces hackatons durent 24 à 48h. A la fin du week-end, ressortent donc deux principaux types d’applications :

  • Celles à l’interface utilisateurs quasiment impeccables mais sans liaison avec les données mises à disposition
  • Celles avec une forte utilisation des données mais avec une expérience utilisateur un peu faible.

Dans les deux cas, les applications sont donc rarement opérationnelles à la fin du concours. Il faut donc que l’institution organisatrice et les équipes participantes restent en contact pour finir le travail, retardant ainsi la sortie des applications des quelques semaines à, plus souvent, quelques mois. 

Il manque donc une pierre à l’édifice. L’écosystème de l’Open Data est aujourd’hui majoritairement composé d’entreprises, d’institutions, du gouvernement, de développeurs et d’utilisateurs. Toutefois, un nouvel acteur est en train de faire son apparition : les startup spécialisées dans le développement des API. Ces API qui vont donc permettre d’accélérer le processus de développement des applications basées sur l’Open Data en mettant directement à disposition de tous les fameuses portes d’entrées et de sorties des bases de données.

Et les premières mises en application sont déjà visibles. Ainsi, sur le site data.gouv.fr, vous pouvez rechercher des parcelles forestières publiques grâce à un site de cartographie avec des filtres par région, département ou nom de forêt, rendant beaucoup plus simples vos ballades dominicales. 

 

L’Open Data est donc une innovation en plein développement et à suivre de près, non seulement pour ses implications mais aussi pour comprendre tous les tenants et aboutissants du déploiement d’un service innovant. 

Commenter cet article

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *