Sentiment d’appartenance : comment le (re)créer ?

Echanger, créer du lien, s’évader le temps d’une pause-café, bref maintenir la richesse de nos vies professionnelles en dehors des réunions et échanges formels : voilà un objectif que nous sommes fiers d’avoir atteint en 2020/2021 et qui dessine les bases du monde du travail de demain !

Chaque obstacle (fatidique référence à la crise sanitaire) est pour nous une nouvelle opportunité de créer et de se réinventer. Contaminés par le Positive Way, nous avons donc voulu partager ici notre retour d’expérience, nos bonnes pratiques sur la (re)création du sentiment d’appartenance et notre vision de demain.

Il s’agit donc d’un article « à la carte », que nous vous invitons à parcourir librement. Du reste, nous serons ravis d’en parler avec vous très prochainement : une session sur l’application Clubhouse est programmée le 8 juin à 17h30 (suivre Mathilde Jégou sur l’app pour être notifié)

Penser collaborateurs-acteurs et initiative libérée

Notre première idée concrète a été de lancer un Festival d’animation. Vingt jours à peine après le 1er confinement, le festival était en place. Pour être tout à fait transparent, ce dernier n’aurait sans doute pas vu le jour « avant » dans un contexte normal. Mais notre management a choisi de nous encourager et nous a donné carte blanche : un vrai gage de confiance et un moteur puissant pour mettre en œuvre toute notre créativité.

Organiser un Festival ? de quoi ?

Quiz culturels (ou non), blind tests, cours de cuisine, de sophrologie, de sport, démonstration de mixologie, DJ set : autant de moments de partage et d’occasions de se rencontrer et d’échanger.

« Ravie d’intégrer Wavestone pour mon premier CDI mais inquiète de mon intégration dans l’entreprise : est-ce que j’allais réussir à créer du lien avec les autres consultants en restant chez moi ? Je suis arrivée en plein Festival d’animation où tous les consultants ont tout mis en œuvre pour nous mettre à l’aise : la tonalité était très bon enfant. J’ai même découvert que je partageais la même passion que d’autres consultants lors d’un cours de cuisine » Marie, arrivée dans l’entreprise en juin 2020.

Des talents internes, de l’envie et de la confiance : un cocktail parfait pour bousculer nos quotidiens.

Ces évènements ont été animés grâce à la trentaine de consultants de notre practice qui se sont improvisés animateurs le temps d’une activité.

Le public ? Entre 20 et 120 personnes connectées chaque semaine à chacun de ces évènements 100% digitaux. Cette diversité, cette mobilisation, ces retours positifs ont vu le jour dans un environnement de bienveillance et une volonté de notre management de nous laisser prendre des initiatives.

Une pression ou une charge de travail supplémentaire ? On s’est engagé à être transparents : aucune obligation d’organiser, de participer ou de faire bonne figure. Un seul objectif : partager, rire, apprendre et s’évader quelques minutes d’un train-train quotidien du travailler-manger-travailler-dormir en lieu clos imposé par le contexte.

Bien jolie cette histoire n’est-ce pas ? Mais nous vous avions surtout promis « nos tips et nos retours d’expériences » alors les voici :

Quel est notre intérêt de collaborateur-organisateur ?

Le quotidien est chamboulé et nous avons décidé d’agir. Agir pour s’évader, pour sortir de la routine quotidienne et saisir les opportunités de cette crise paralysante.

Imaginez l’effet trampoline de cette démarche sans les freins de la crise sanitaire … on attend de voir ça avec impatience !

En attendant cet effet « Waouh » grandeur nature, nous avons pris du recul et observé les conséquences.

Un lien évident entre la poly-activité (le slashing) et la productivité

Tous les collaborateurs concernés par ces initiatives y ont consacré du temps. Nous avons besoin d’être stimulés pour rester actif et productif. Les sources de motivation varient : un appel à un ami, une partie de jeux en ligne ou une session DJ set ? Libre à chacun de participer aux activités proposées en fonction de ses envies.

Passée notre journée de travail « classique », on s’est donc attelés à l’organisation d’évènements pour créer, échanger, débattre et proposer des événements dont nous pourrions être fiers.

Notre action ne s’est pas limitée à notre practice, le rôle de libérateur des initiatives et de soutien de notre management nous a permis de prendre de l’ampleur pour réussir ces premiers évènements et les reproduire dans d’autres practices. Par exemple, 4 autres practices de Wavestone ont repris « la chasse à l’homme » .

Alors, convaincu par le slashing ? On en parle ? Rdv sur Clubhouse le 8 juin à 17h30 (suivre Mathilde Jégou pour être notifié)

La découverte et l’envie de se dépasser : savoir pourquoi on se lève le matin

«Pourquoi on se lève le matin ?». Nous avons voulu proposer de nouvelles motivations : une nouvelle journée, une nouvelle énigme, la perspective d’un Quiz cinéma pendant lequel nous pourrons montrer que nous sommes incollables des Marvel à Depardieu ! Se lever avec la motivation de créer des sujets de conversation, des rencontres, ou avec l’énergie d’une rockstar arrivant sur scène avant d’animer un Quiz musical.

Participants, organisateurs, managers :  merci de nous avoir fait vivre ces moments. Et de nous avoir donné une raison supplémentaire de nous lever le matin.

Le cercle vertueux d’une meilleure connaissance à des promesses d’avenir

Les rencontres fortuites ont été nombreuses pendant ces évènements !

A l’image de Gabriel, jeune consultant «Je me souviens lors du blind-test… j’adore les karaokés habituellement, alors j’ai participé. L’ambiance était vraiment décontractée et fluide. J’ai adoré ! Quelques jours après, dans le cadre de ma mission, je devais contacter un autre consultant. De nature introvertie je n’aime pas provoquer une discussion par «peur de déranger» et puis je me suis rendu compte que cette personne était aussi présente au Blind-test. Tout de suite ça m’a mis à l’aise pour envoyer un message».

Loin d‘être un cas isolé, ce témoignage montre que le sentiment de légitimité n’est pas inné et se travaille, et que les échanges informels aident à progresser et à connaitre son environnement !

Les exemples ne manquent pas. Finalement, retenons la satisfaction personnelle et la fierté des équipes organisatrices !

Quel est l’intérêt pour l’entreprise ?

Sortir de notre quotidien et des sentiers battus, pour un quotidien dynamique et diversifié :  tel était le défi que nous nous sommes fixé. Les travers du télétravail, nombreux et profonds, sont aujourd’hui au cœur des préoccupations managériales : réduire le taux de turn-over, et les situations de Risques Psycho-Sociaux, garder le lien et augmenter le bien-être des salariés…

L’innovation : l’investissement personnel de chacun sur les sujets dessine les bases d’un environnement de travail fertile à l’épanouissement et au développement de chacun… De l’intrapreneuriat finalement !

Diversifier ses investissements et ses activités, nous en arrivons à la poly-activité (or slashing).

Qui n’a jamais rêvé d’avoir plusieurs vies ? C’est un peu le sentiment des porteurs d’initiatives : s’évader quelques minutes par semaine pour s’impliquer dans des activités plus factuelles, plus ludiques, plus décalées. C’est sans aucun doute l’une des recettes de notre productivité !

Une stratégie gagnant-gagnant incontestable : ce que nous en avons retiré à titre personnel et où, finalement, tout le monde y gagne, collaborateurs, entreprise, parties prenantes :  c’est la montée en compétence des équipes (hard-soft-mad skills). Nous évoluons sur des sujets choisis, dans un environnement connu et moins stressant. Les profonds changements dans les façons de travailler entrainent la montée progressive de l’hybridation du monde tu travail : digitalisation, coopération à distance, travail multi-équipes, coordination asynchrone… Probablement l’opportunité pour les entreprises d’encourager et pérenniser ces initiatives.

Cet article s’inscrit dans une démarche globale : partager nos expériences par écrit, puis échanger oralement et librement sur les sujets. Nous vous donnons rendez-vous sur Clubhouse le 8 juin à 17h30.

N’hésitez pas à vous rapprocher des rédacteurs de l’article : Mathilde JÉGOU, Laura JEANNIN, Pierrick CODOMIER et Robin LABAN pour davantage d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top