mar 07.05 0

Retour sur le PBWS : Premier sommet sur la Blockchain en France

Les 16 et 17 avril derniers se déroulait la première édition du Paris Blockchain Week Summit, hébergé par la Sation F, plus grand incubateur de startups du monde.

Au cours de ce sommet international, la Blockchain et son écosystème français étaient à l’honneur avec un programme dense de conférences sur des thématiques d’actualité. Startups et acteurs établis du monde de la cryptomonnaie, grands groupes et institutions se sont partagé l’affiche, promouvant chacun leur vision de la Blockchain de demain.

Pendant deux journées se sont succédées plus d’une cinquantaine de conférences animées par 130 speakers représentant pas moins de 50 pays. De manière simultanée sur deux scènes différentes, les intervenants ont abordé la Blockchain et les cryptomonnaies sous différents angles, confrontant leurs points de vue et leur produit, toujours soulevant les grands enjeux et les tendances à venir. Ce qu’il fallait retenir de ce sommet.

Une véritable implication gouvernementale

Légale et fiscale :

Sponsorisé notamment par le ministère de l’Économie et des Finances et le secrétariat d’État chargé du numérique, le PBWSummit a fait l’objet de la concrétisation de l’engagement de la France sur la question de la Blockchain.

Malgré son absence, Bruno Le Maire, le ministre de l’Industrie de l’Economie et des Finances a déclaré le lundi 15 avril, « Je crois en la blockchain, je crois en cette technologie », et rappelle son engagement et celui de la France « première nation européenne à définir le concept de Blockchain dans le code monétaire et financier » dans l’ordonnance Blockchain du 8 décembre 2017. Cédric O, nouveau secrétaire d’Etat chargé du numérique, a confirmé de son côté lors d’une prise parole dans les locaux de la Station F que l’Etat « doit jouer un rôle d’accompagnateur et de facilitateur [dans le développement de la Blockchain] ».

La France et son gouvernement tient donc à se positionner et à proposer un cadre extrêmement intéressant et pionnier dans le domaine en construisant un écosystème français doté d’une réglementation financière adéquate.

Le gouvernement français a pris en cela une série de mesures pour favoriser l’économie de la blockchain donc la loi PACTE fait partie et qui inclut notamment :

  • La modification du régime fiscal applicable pour les plus-values générées sur les crypto-actifs, qui seront taxées au taux du prélèvement forfaitaire unique (PFU) à 30%, alors que plusieurs régimes sont actuellement applicables (avec un taux pouvant atteindre 67%).
  • Un abattement de 305 eurossera également introduit pour ne pas surcharger les contribuables procédant à des cessions.

Innovation et soutien d’un écosystème :

Soutenue depuis plusieurs années déjà et de façon plus explicite par le gouvernement en place, l’entrepreneuriat et l’innovation permet l’éclosion de projets Blockchain français dans un écosystème technologique de plus en plus dense.

Directeur de Chain Accelerator, l’accélérateur spécialisé dans la Blockchain au sein de la Station F (Le plus grand incubateur au monde), Michael Amar nous rappelle que la France est très attractive pour deux raisons principales : la réglementation, mais également les talents. Pour illustrer son propos, il a mentionné que 50% des candidats au programme de démarrage Chain Accelerator provenaient des États-Unis.

Lui-même entrepreneur et ayant commencé son activité en France pour finalement s’installer dans la Silicon Valley afin de profiter de plus d’opportunités, Michael Amar peut témoigner de l’évolution de la France. Notamment grâce à l’éducation (écoles travaillant sur des thèmes de blockchain), à la régulation (évoluant beaucoup plus rapidement et à l’écoute des innovations), aux infrastructures (accompagnement et crédibilité des projets) ou encore aux pouvoirs publics qui subventionnent projets et initiatives, et permettent aux entrepreneurs de développer plus facilement leurs projets.

L’un des meilleurs exemples est le « visa FrenchTech », qui permet aux travailleurs étrangers de venir et d’être recrutés sur un projet français sans aucune difficulté. Cette initiative soutenue par la communauté startups La FrenchTech, propose un visa valable 4 ans qui facilite l’emploi et rend la France encore plus attrayante.

La Blockchain, une problématique commune 

Le deuxième élément à retenir de ce sommet concerne davantage l’atmosphère générale du monde de la Blockchain. En effet, l’engouement reste très fort. Avec des projets qui se multiplient et intéressent une population toujours plus large, rien ne semble pouvoir stopper la dynamique. Cependant, un constat global persiste et est fréquemment revenu au cœur des débat de ce sommet : il y a un manque de confiance de la part de la plupart des consommateurs. Dû en partie à la mauvaise presse des cryptomonnaies, le réel premier frein est la complexité que représente la Blockchain et sa technologie. .

Lors de la conférence « Enhance customer experience with blockchain » les speakers venant du monde du retail et de la blockchain affirmaient que malgré les avantages que la Blockchain permettait dans l’amélioration de l’expérience client, la complexité de sa compréhension était souvent un obstacle à son adoption. Cette conclusion sur laquelle tous les participants de cette conférence sont d’accord est revenue à de nombreuse reprises dans les débats.

Selon eux, les approches doivent être conçues pour permettre aux utilisateurs d’accéder facilement à la blockchain et à la crypto-monnaie.

Aujourd’hui les offres proposées se bases sur des solutions BtoBtoC. A terme et afin d’attirer davantage de clients il serait nécessaire de prévoir un passage sur des modèles BtoC. Une adoption plus massive devra donc s’appuyer sur les communautés d’utilisateurs et la mise en place de consortiums visant à standardiser l’utilisation de la Blockchain pour le consommateur.

Devenir un leader Européen

Ce premier sommet Parisien aura finalement permis de montrer l’ambition qu’a la France de se positionner comme un acteur européen de premier plan sur la Blockchain. Sans pour autant dévoiler de grandes nouveautés ou autres disruptions, le PBWS était l’occasion de mettre l’écosystème Blockchain sous les feux de la rampe et d’afficher l’implication et la volonté du gouvernement d’agir efficacement pour attirer et susciter les initiatives entrepreneuriales.

Il sera donc très intéressant de suivre dans les mois à venir si les annonces faites par le gouvernement auront l’effet escompté sur un plan européen puis international.

Pour revenir plus en détail sur les conférences tenues lors du PBWS, je vous encourage à lire les articles (en anglais) de Cédric BUREAU, consultant senior chez IDA, rédigés pour le compte du blog Business Blockchain HQ :

Recap Jour 1 : https://businessblockchainhq.com/business-blockchain-news/paris-blockchain-week-summit-begins/

Recap Jour 2 : https://businessblockchainhq.com/business-blockchain-news/highlights-of-paris-blockchain-week-summit-day-2/

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *