ven 28.04 1

La femme et le digital : la Journée de la Femme Digitale 2017

L’entrepreneuriat, l’intrapreneuriat et l’innovation c’est aussi au féminin… Au sein de Wavestone, on l’expérimente tous les jours. De nombreuses consultantes, manageuses, directrices associées,  imaginent le futur auprès de leurs collègues masculins. Elles prennent quotidiennement des initiatives pour aider nos clients à rentrer sereinement dans l’ère du digital.

Quoi d’étonnant à cela me direz-vous ? Les femmes sont présentes dans tous les secteurs de l’économie. Et pourtant… Les chiffres le prouvent : elles sont encore bien souvent sous-représentées. En France, seules 13% de femmes sont à la tête de start-up et 26% travaillent dans le digital.

Collaboratrice dans le cabinet N°1 de la transformation digitale en France, j’ai particulièrement conscience de la révolution sous-jacente à cette transition numérique. Celle-ci n’est d’ailleurs pas seulement technologique mais aussi (et peut être peut-on dire « surtout ») culturelle ;

Mes responsabilités au sein du Blog DigitalCorner, m’ont amené à m’intéresser de prêt au Digital Working : nouveaux outils et usages, smart offices, …et à assister à divers événements autour du digital : salons, interventions d’experts, événements internes à Wavestone…

Cela a amené plusieurs questionnements sur la place de la femme dans la transition digitale : les projets numériques réalisés par des femmes diffèrent-ils de ceux initiés par les hommes ?

Plus généralement, la transformation numérique transforme-elle la place des femmes dans les entreprises? Est-ce une source d’opportunités pour elles ?  Le numérique réduit-il les inégalités au travail? Contribue-il à un monde plus responsable, plus juste entre femmes et hommes ?

C’est avec ces interrogations et bien d’autres que j’ai découvert la Journée de la Femme Digitale 2017. Je vous partage mon expérience.

Suivez mon parcours :

 

Avant l’événement

J’ai tout d’abord découvert le thème de cette 5ème édition de la Journée de la Femme Digitale : « For A Better World » qui propose d’explorer l’horizon des possibles pour construire un monde plus créatif et égalitaire , un monde meilleur grâce au digital. Au programme : interventions inspirantes dans un format inédit et innovations exclusives.

Pitch ambitieux mais suffisamment vendeur pour me donner envie d’en savoir plus ! Je fais quelques recherches :

Qu’est-ce que la Journée de la Femme Digitale ?

L’événement 2017 est la cinquième édition de la Journée de la Femme Digitale, il y en a donc eu d’autres.

En 2013 déjà, à la genèse du concept, 500  personnes avaient participées à la 1ère édition qui s’est transformée en un rendez-vous incontournable des entrepreneuses du Web.

Je suis de plus en plus intéressée…

La JFD, c’est donc depuis 5 ans, un évènement par an dans des lieux de renom (Palais Brogniart, les Folies Bergère) ou se donnent rendez-vous :

  • De nombreuses entreprises qui reflètent la pluralité du monde du digital (de la startup au grand groupe.)
  • Des intervenants célèbres (ou qui devraient l’être)
  • Des partenaires innovants
  • Des entrepreneur(e)s passionné(e)s et passionnant(e)s

Qui se rencontrent, pour partager savoir-faire, retour d’expériences, développer des synergies et explorer avec bienveillance les initiatives de femmes et d’hommes qui souhaitent entreprendre.

Bref, l’ambition est de mettre en lumière les idées, innovations et initiatives de passionné(e)s qui rêvent d’un monde meilleur et se donnent les moyens de le créer.

Là, je suis convaincue j’y vais !

Le jour J

Paris, le jeudi 9 mars 2017 à la Cité de la mode et du design, il est 9h.

À l’entrée de ce drôle de bâtiment aux escaliers vert fluo, le crédo « For a better word »: « Rendre le monde meilleur» est bien rappelé. Pas de doute , je suis bien à la cinquième édition de la Journée de la femme digitale.

L’événement est gratuit et propose une programmation ambitieuse et festive, nous sommes donc nombreux (ses). Je vais me perdre et faire de longues files d’attente…

Rapidement mes craintes s’évaporent, dès l’entrée un accueil est dédié et une application est disponible pour se repérer et connaitre le programme.

L’événement est pensé avec 3 espaces différents pour 3 expériences inédites :

Je choisi de commencer par le «  Get inspired »… être inspirée c’est plutôt bon en début de matinée…

 

#(Get) Inspire(d) :

Dans un grand auditorium, je saurai plus tard qu’il y avait là plus de 1500 paires d’oreilles attentives,… c’est une journée d’inspiration qui est prévues : une soixantaine intervenant(e)s internationaux(ales) vont se succéder sur l’estrade pour livrer leur vision d’un monde « meilleur ».

  • En solo, en duo ou en trio, les pitch sont courent : 15 à 20 min.
  • Les sujets autour des nouvelles technologies : économie sociale, écologie, entrepreneuriat et intrapreneuriat, innovation, intelligence artificielle, sport connecté …
  • Les interventions se font en marchant.

Ce sont les  JFDw- walks . Le format est original mais intéressant. Le mouvement maintien l’attention. Il est aussi porteur de symboles : la marche est un peu le mouvement perpétuel qu’impose le digital. Avec le digital, il faut faire évoluer les mentalités, casser les stéréotypes, aller de l’avant.

Petit extrait du programme :

Mais d’ailleurs à y regarder de plus près : avez-vous remarqué que tous les intitulés des interventions sont exclusivement des verbes… un symbole de plus ? En tout cas j’y vois un appel à l’action !

Impossible de vous parler en quelques lignes de toutes  les personnes inspirantes que j’ai pu rencontrer, voir et écouter, je choisis donc de vous parler des moments les plus marquants mais …ne soyez pas déçus !  Cette journée unique pouvait être suivie en Live, car toutes les conférences de 9h à 18h étaient retransmises en direct. La chaîne YouTube dédiée à la #JFD17 est toujours disponible vous pouvez y retrouvez l’ensemble des prises de paroles http://bit.ly/youtube_JFD

Les discours de personnalités :

La remise du prix Margaret

Je ne sais pas pour vous mais, pour ma part, je ne connaissais pas Margaret Hamilton, codeuse au MIT et à la NASA, véritable pionnière de l’informatique moderne. Ce prix est donc un hommage à son travail et surtout une volonté de récompenser des femmes de l’ombre qui pourtant font la French Tech.

Cette année deux lauréates l’une entrepreneure, l’autre intrapreneure. Respectivement :

  • Joséphine Goube , fondatrice de TechFugees,  une  start -up  qui  veut  faciliter  l’accueil et l’intégration de réfugié(e)s,
  • Roxanne Varza, fondatrice  de StartHer et directrice de Station F,

Elles ont mené avec succès des projets d’envergure en 2016 pour révolutionner à leur façon le digital… Le trophée était digital et totalement personnalisé.  La digital artiste Judith Darmont (oui oui cela existe….), avait créé un trophée unique sous forme de portrait vidéo-art.

Voilà pour le (Get) Inspire(d). Le seconde espace vers lequel je me suis dirigée est :

#Experiment

Comme son nom l’indique, cet espace était dédié à l’expérimentation… de nombreux partenaires de la JFD y ont présenté des innovations mettant en place des dispositifs créatifs. Parmi ceux-ci, j’ai pu me rendre sur le stand de :

·         La Française Des Jeux, qui présentait 4 strat’up

·         Orange, ou j’ai pu tester et échanger sur les casque de réalité virtuelle

·         D’autres étaient présents également dont Crédit Agricole, LinkedIn,  Kusmi Tea…

#Network

Le dernier espace était donc dédié au networking et ouvert au grand public pour élargir le champ des possibles (mais en fait cela se faisait tout le long de la journée dans tous les espaces…sauf dans l’auditorium bien sûr ou l’on écoutait avec attention ;)…

Étaient donc présents des cabinets de conseil en management, stratégie et transformation digitale comme Wavestone, Facebook, Instagram, Twitter,  des associations et organismes internationaux :  ONU Femmes, Paris Pionnières, plateforme d‘innovation des entrepreneures, StartHer, association visant à donner de la visibilité aux femmes du numérique, …

Pour ma part entre un atelier de yoga et une discussion concernant l’imprimante 3D, j’ai pu rencontrer des startups qui se lancent dans divers secteurs d’activité, de la photo au développement personnel en passant par la digitalisation des réunions : ooshot, blissyou , magency…

Et ensuite… ?

Le bilan officiel du salon veut que cette 5ème édition de la Journée de la Femme Digitale soit un succès manifeste avec des chiffres impressionnants :

  • 400 inscrits.
  • 60 intervenant(e)s inspirant(e)s
  • près de 50 partenaires (médias, entreprises et institutionnels) engagé(e)s.
  • la #JFD17 s’est imposée comme premier Trending Topic sur Twitter toute la journée du 9 mars, 14 millions de reach**.

Mon bilan personnel est un peu moins quantitatif et plus qualitatif mais tout aussi positif :

  • En tête de liste : des échanges fructueux avec des intervenants (start-up, grands groupes) de tous les profils dans les secteurs du digital autour d’innovation divers et de l’impact du digital
  • Une grande dose d’inspiration grâce à des intervenantes qui font la peau aux idées reçues
  • La découverte d’association qui font un travail fabuleux en faveur des femmes grâce et par le digital et de strat’up ambitieuse
  • Une volonté certaine de vouloir aller plus loin et c’est bien pour cela que je vous proposerai prochainement la synthèse des résultats de l’étude menée conjointement par Roland Berger, Numa et La Journée de la Femme Digitale sur “Comment le digital transforme la place des femmes en entreprise”.

Rendez-vous au prochain article !

Commenter cet article

1 commentaire

  1. Bien écrit, captivant sur un sujet très intéressant.
    Belle découverte a plusieurs niveaux: événement jdf,les intervenants, le prix margaret…
    Curieuse ddee lire le prochain pour connaître le résultat de l étude et l impact du Digital sur la place de la femme dans l entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *