ven 05.06 0

Projet Gutenberg, Pernod Ricard digitalise le marché des spiritueux

Depuis maintenant un an, Pernod – Ricard dévoile au fur et à mesure de son avancée le projet Gutenberg. Le leader mondial du marché des spiritueux s’appuie sur B.I.G. (Breakthought Innovation Group), sa filiale d’innovation et présente aujourd’hui ce projet de bar connecté, pensé pour révolutionner le marché.

En quoi cette innovation représente-t-elle un tournant stratégique pour le développement de Pernod – Ricard ? Quels sont ses fonctionnalités phares du produit et quels sont les impacts attendus sur le marché des spiritueux ? 

B.I.G. Pernod – Ricard is writing you

« La révolution digitale est un changement de paradigme pour notre secteur : pour la première fois, il permet aux producteurs que nous sommes, d’engager un dialogue direct avec les consommateurs. C’est un enjeu crucial pour l’avenir de notre industrie » a déclaré Alexandre Ricard, Directeur Général Délégué du Groupe.

Bien qu’il ne soit pas encore commercialisé, le projet Gutenberg connait déjà sa cible : les particuliers ! Cet objet connecté prendra la forme d’une bibliothèque où chaque livre contiendra du spiritueux. Pratique et esthétique, il s’agit donc d’un bar permettant d’optimiser l’espace de stockage et d’y apporter une touche design à connotation culturelle. Mais au-delà de l’objet en lui-même, Pernod-Ricard fait surtout un premier pas chez le consommateur et ambitionne ainsi de révolutionner la relation entretenue par la marque avec ce dernier. 

Pernod Ricard

Apporter un renouveau de l’expérience utilisateur

Tout le projet Gutenberg s’articule autour de cette idée : renouveler l’expérience utilisateur et l’amener à une rupture, à quelque chose de nouveau. L’idée est alors d’instaurer une relation directe client/fournisseur, afin d’améliorer la qualité du service pour l’un et la rentabilité du business pour l’autre. “On ne fait pas du digital parce que ça fait bien ou parce que c’est une mode. Nous faisons du digital parce que c’est un accélérateur de business”, souligne Alexandre Ricard, le directeur général délégué du groupe. En effet, en s’inspirant du modèle Nespresso, B.I.G. permet à tous de disposer d’une qualité de service professionnelle à domicile, enrichie par des interactions digitales inédites.

Gutenberg est conçu en deux parties : la bibliothèque de spiritueux déjà évoquée plus haut qui stocke et distribue le produit, mais également l’application mobile permettant la gestion de cette bibliothèque et l’optimisation de son utilisation.

Il est donc possible de renouveler automatiquement le stock d’alcool en cas de bas niveau détecté, de se voir proposer des recettes en fonction des alcools restants, de suivre une recette en garantissant un dosage optimal, de faire une estimation du nombre de verres restants, de partager son expérience via les réseaux sociaux,… De nombreuses fonctionnalités sont disponibles grâce à ce nouvel objet connecté. Elles sont entièrement inédites sur ce marché.

D’un point de vue technologique, la filiale de Pernod – Ricard mise donc sur le NFC (Near Field Communication) pour contrôler le niveau de spiritueux contenu dans le « livre ». L’interaction avec l’appareil et notamment la sortie des boissons est gérée en Wi-Fi ou Bluetooth via l’application mobile.

“Il s’agit d’un écosystème de rupture qui redéfinit l’expérience conviviale chez soi, avec une utilisation intuitive et interactive” Alain Défossé, directeur de B.I.G.

Bien plus que digitaliser son business, Pernod-Ricard s’inscrit dans une stratégie dite de « l’océan bleu » : la firme parie sur l’émergence d’un nouveau marché et se positionne en tant que précurseur.

L’innovation de rupture, fil conducteur de BIG

Au-delà de Gutenberg, la filiale B.I.G. est une bonne illustration de la nouvelle stratégie de développement de Pernod-Ricard. L’organisation de la filiale est en effet inspirée d’un fonctionnement plus traditionnellement observé pour les start-up. L’objectif premier étant de pouvoir miser sur l’innovation et l’agilité de la stratégie commerciale. « Du point de vue plus global de l’entreprise, l’innovation de rupture, c’est l’espoir de créer un nouveau marché et de prendre de l’avance sur ses concurrents. Voire d’avancer ses pions sur un marché sans concurrence. » Alain Défossé, directeur de B.I.G.

D’autres initiatives sont également mises en place en interne afin d’appuyer cette dynamique autour du digital, telles que le compte twitter, le concours d’innovation Kangaroo (ouvert aux participants externes), la revue périodique Scalpel et le développement d’un réseau social interne réunissant toutes les succursales à travers le monde.

Cette politique de l’océan bleu et les moyens engagés pour la mener à bien font  échos à la 15ième place au classement Forbes de Pernod-Ricard obtenue en 2012. Ce résultat, très probant, vient souligner tout le potentiel d’innovation du groupe dans un domaine qui semblait pourtant s’ancrer davantage dans le traditionnel que dans l’innovation.

Basé sur le très en vogue « Hometainement », le projet Gutenberg suscite déjà beaucoup d’interrogations sans en être pour autant à sa phase de test. Ce constat s’explique, en partie, par la forte médiatisation qu’a mise en place Pernod-Ricard depuis la présentation du projet lors de l’ « Innovation Day » 2014. Mais c’est surtout l’aspect novateur de ce produit qui peut soulever beaucoup de questions. Car bien que le projet s’inscrive dans la politique RSE de Pernod – Ricard avec le recyclage des « livres » vides, on peut s’interroger sur l’utilisation des données consommateur, en particulier dans un contexte de vente d’alcool. Cet objet connecté apportera une nouvelle alternative en matière d’expérience consommateur. Reste à savoir s’il aura un impact sur la consommation en elle-même.

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *