DigitalCorner

Les nouvelles technologies vues par les consultants Wavestone

Spotify va bientôt signer son indépendance face au peer-to-peer

Lancé en 2008, Spotify est un système d’écoute de musique en ligne. Il est basé sur un modèle économique « freemium » dans lequel une offre gratuite est proposée au côté d’une offre payante. L’offre payante propose évidemment des fonctionnalités supplémentaires telles que : l’écoute hors ligne, une qualité d’écoute de haute facture… Aujourd’hui, le géant suédois apporte une grande modification à son fonctionnement : la suppression du peer-to-peer.

Le peer-to-peer (P2P) n’est pas toujours synonyme de téléchargement illégal. En témoigne l’utilisation qu’en fait Spotify depuis sa création. Mais qu’est-ce que le P2P ? Le P2P (ou pair-à-pair en bon français) est un système de partage de fichiers entre les internautes. Le principe est que chaque internaute devient la source de l’autre.

Dorénavant, afin de se fournir en musique chez Spotify, il faudra compter exclusivement sur ses serveurs.

Pourquoi ce changement aujourd’hui ?

Les raisons de cet abandon sont multiples. En première ligne,  la taille croissante de Spotify. En effet, la mise en place et l’entretien de serveurs coûtent chers et lSpotify apps’entreprise suédoise a aujourd’hui les moyens financiers pour s’affranchir de la technologie P2P et se reposer uniquement sur ses serveurs. Une manière d’affirmer sa toute puissance face à la concurrence.
Ensuite, les musiques échangées par les utilisateurs ne sont pas toujours issues du téléchargement légal. En supprimant le robinet du P2P, Spotify contrôle ainsi la source des titres écoutés et gagne du terrain dans son combat contre le téléchargement illégal.

Vers une baisse de qualité pour le client ?

Sachant que les flux issus du P2P permettent de multiplier les sources d’approvisionnement, qu’ils désengorgent ainsi les serveurs de Spotify et permettent un approvisionnement plus rapide en données, peut-on craindre une baisse de qualité de l’expérience client Spotify ? Alison Bonny, Directrice de la Communication de Spotify, promet que non : « Nous sommes maintenant à un stade où nous pouvons alimenter la distribution de musique grâce à nos nombreux serveurs et nous assurer que nos utilisateurs continuent de recevoir un meilleur service. ». Le procédé sera même bénéfique pour les utilisateurs ayant une connexion Internet limitée, notamment ceux qui étaient source de partage (aussi appelé « peers »).

Dans cette entreprise, on peut voir une manière progressive pour Spotify d’éduquer ses utilisateurs. Par l’utilisation du P2P, l’ancien système tolérait la cohabitation du téléchargement illégal et l’écoute légale. Mais l’ancrage progressif de l’écoute légale de musique en streaming dans les habitudes de consommation, permet aujourd’hui à Spotify d’imposer son modèle économique et de faire perdre du terrain aux téléchargement illégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *