ven 21.02 0

Le gouvernement offre un nouveau souffle au Crowdfunding

Lors de son déplacement début février dans la Silicon Valley, François Hollande avait annoncé sa volonté de donner « une nouvelle impulsion »  au Crowdfunding (ou financement participatif) en France.  Le 14 février dernier, le gouvernement, par l’intermédiaire de son Ministre de l’Innovation et du Numérique Fleur Pellerin, a traduit les paroles du Président en actes en annonçant une ordonnance sur le Crowdfunding, fruit de plusieurs mois de réflexions et de concertations. Retour sur le phénomène du Crowdfunding.

Le Crowdfunding, kézako ?

Apparu dans les années 2000, le Crowdfunding est un procédé qui permet aux entreprises ou aux particuliers de récolter des fonds pour leurs projets auprès du grand public. Aujourd’hui, d’après le blog Good Morning Crowdfunding, les fonds apportés peuvent être alloués sous 4 formes différentes :

  • La récompense : l’internaute donne une somme d’argent en échange d’une récompense. La récompense prend souvent la forme du produit ou du service que le porteur de projet essaie de financer.

Exemples de plateforme : KickStarter, Fundable

  • Le don : l’internaute donne une somme d’argent sans rien attendre en retour, c’est un don, cette catégorie est souvent réservée aux Fleur_Pellerinactes associatifs et caritatifs.

Exemples de plateforme : KissKissBank, MyMajorCompany, Ulule

  • L’investissement : l’internaute finance une partie d’un projet et reçoit en contrepartie des parts du capital de l’entreprise. Il devient donc actionnaire de la société financée.

Exemples de plateforme : Anaxago, HappyCapital, Smartangels

  • Le prêt : l’internaute prête une somme d’argent afin de financer un projet. La somme prétée doit être rendue dans un temps imparti, avec ou sans intérêts, c’est au porteur de projet d’en décider.

Exemples de plateforme : Baybyloan, Spear

Pour découvrir des exemples de projets financés et même peut-être devenir un Crowdfunder, la Banque Publique d’Investissement (BPI)  a lancé récemment la plateforme TousNosProjets.fr,  qui recense l’ensemble des projets faisant appel au financement participatif.

Les chiffres clés du marché 

  • 3,7 Milliards €  : montant que devrait atteindre le marché du Crowdfunding au niveau mondial fin 2013. Les États-Unis sont leaders devant l’Europe et l’Australie.
  • 1 100 000 : nombre de projets financés en 2012 (60 000 en France).             
  • 5 000 € : montant moyen des projets financés.
  • 63 jours : durée moyenne du financement d’un projet sur une plateforme de Crowdfunding.
  • 44% : pourcentage de la catégorie « prêt » dans la répartition du mode de financement participatif.
  • 72,4% : pourcentage de personnes qui déclarent accepter de perdre leur investissement dans le cadre du Crowdfunding.
  • 7 564 163 € : record de financement d’un projet (Pebble Watch) sur une plateforme de Crowdfunding (plateforme Kick starter).

Les conséquences de l’ordonnance du gouvernement

Selon la plateforme Anaxago, le gouvernement a « déclaré sa flamme aux startups et PME » à travers cette annonce du vendredi 14 février. En effet plusieurs changements conséquents sont présents dans cette nouvelle ordonnance : 

  • Pour les plateformes de prêt : chaque internaute pourra maintenant prêter jusqu’à 1 million d’€uros. Il ne pourra cependant pas prêter plus de 1000 €uros par projet afin de diversifier le risque.
  • Pour les plateformes d’investissement : les entreprises pourront désormais lever jusqu’à un million d’€uros sans avoir à enregistrer de prospectus auprès de l’Autorité des Marchés Financier (un dossier d’appel d’investissement de plus de 200 pages était demandé auparavant).
  • Deux statuts juridiques sont créés spécialement pour les plateformes de Crowdfunding : le statut de Conseiller en Investissement Participatif (CIP) pour les plateformes de financement en fonds propres, et le statut d’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) pour les plateformes spécialisées dans le prêt rémunéré.
  • Enfin pour faire respecter les obligations de ces plateformes et éviter les abus, le gouvernement a décidé de la création d’un label «  régulée par les autorités françaises ».

La réforme devrait être opérationnelle d’ici quelques mois, rendez-vous donc sur Telcospinner pour en suivre les effets.

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *