lun 25.11 3

Scanadu, un pas de plus vers le quantified self

Suite à notre introduction à l’IoT (Internet of Things) dans notre CR du Petit-déjeuner MMA et à notre présentation de quelques solutions mobiles de télémédecine, nous enchaînons avec Scanadu, une start-up qui lie ces 2 thèmes et crée des objets connectés de « quantified self ».

Scanadu, une start-up à la pointe de l’innovation

Un petit rappel de ce qu’est le quantified self s’impose : il s’agit de mesurer soi-même ses données physiologiques, sans avoir recours à une entité tierce du corps médical (médecin, appareils d’hôpitaux, …).

Suivant ce principe, Scanadu a vu le jour en 2011, fondée par Walter De Brouwer, un entrepreneur belge de 56 ans. Elle est basée au centre de recherche de la NASA, à San Francisco.

Cette société surfe sur la vague de l’Internet des Objets en se spécialisant dans la conception de produits de quantified self connectés au SmartPhone et au reste de l’environnement (nous y reviendrons par la suite). Un exemple pour entrer directement dans le vif du sujet : un des objets fabriqué par Scanadu permet de relever les symptômes d’une personne, d’établir un diagnostic et un degré de gravité pour finalement indiquer si la personne doit aller en urgence à l’hôpital ou pas.

Deux produits phares en phase de tests cliniques

Scanadu a pour l’instant consacré ses efforts sur la création de deux objets : le Scout et le Scanaflo.

Source : http://www.scanadu.com/
Source : http://www.scanadu.com/

Le Scout est un objet plus petit qu’un paquet de cigarette et qui permet, par simple apposition sur sont front de collecter des données physiologiques capitales comme sa température, son rythme cardiaque, son rythme respiratoire, la saturation de son hémoglobine ou encore l’activité électrique de son coeur.

Ce petit appareil collecte, analyse et permet un suivi des données sur son Smartphone. On peut donc supposer qu’il permettra aussi de partager ces informations avec son médecin, ce qui évitera les déplacements inutiles ainsi que les longues files d’attente aujourd’hui redoutées chez les généralistes.

L’intelligence de cet objet réside aussi dans sa connexion au monde extérieur. Scanadu prévoit en effet qu’il soit capable d’indiquer vous devez aller dans un hôpital rapidement, quel est l’hôpital le plus proche et si des places y sont disponibles.

De son côté, le Scanaflo est un petit appareil permettant de tester son urine. Il testera un grand nombre de variables comme par exemple les taux de glucose,  de leucocytes, de nitrates, etc… mais aussi si une personne est enceinte. Il offrira ainsi une autre possibilité de surveiller sa santé. De plus, il contiendra des explications sur les différents résultats et sera capable de les interpréter en vue de diagnostiquer d’éventuelles maladies.

Démonstration de Scanadu

L’approbation de la FDA est indispensable

L’enjeu majeur de Scanadu aujourd’hui est de faire certifier leurs produits par la FDA (agence américaine « Food and Drug Administration ») pour obtenir le droit de les commercialiser en pharmacie ou dans les rayons « santé » des supermarchés. Pour cela, ils ont levés $1,6 million auprès d’Indiegogo en juillet 2013 et sont en train de lever $10,5 millions auprès d’investisseurs américains.

Le premier des produits qui devrait voir le jour est le Scout. Il devrait coûter $199 et être commercialisé d’ici 2014 sur Internet et 2015 en vente physique.

Une nouvelle ère pour la médecine

Avec ces objets innovants, Scanadu fait un pas de plus vers une nouvelle médecine, pratiquable par tous et avec des résultats instantanés. Nous pouvons espérer qu’elle facilitera grandement les échanges entre médecins et patients, la détection de pathologies graves et désengorgera les urgences des hôpitaux en indiquant aux personnes que leurs symptômes ne nécessitent pas de prise en charge urgente.

Commenter cet article

3 commentaires

  1. Bonjour,
    Est-ce que vous pouvez me dire ou on peut acquérir les appareils scout et scanaflo car on en apprend beaucoup sauf l’adresse pour l’acheter ?

    Très cordialement,

    N.de Gooijer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *