Google I/O 2013, l’avènement du multi-terminaux ?

Yahoo! cherche continuellement à agrandir et rajeunir son inventaire (via le rachat de Tumblr pour 1,1 Md$ et la tentative de rachat de Dailymotion). Microsoft, de son côté, creuse la piste du matériel avec sa nouvelle XBox One destinée à être le centre du salon. Enfin, Apple cherche une nouvelle inspiration. Pour Google, c’était I/O 2013 la semaine dernière.

 Pas d’annonce aussi fracassante que les Google Glass ni de nouvelle version d’Android, mais une (très) longue série de mises à jour qui, bout à bout, montre la force d’une vision en train de devenir réalité. Google veut proposer aux utilisateurs de ses services une expérience multi-terminaux unifiée, synchronisée, personnalisée et pro-active. Pour matérialiser cette ambition, Google s’appuie sur des APIs unifiées et deux plateformes clés : Chrome pour les services sur les ordinateurs fixes et portables ainsi que sur iOS, Android pour les smartphones et tablettes.

L’unification n’est pas limitée à la technologie. Le  « flat design » est partout, avec des « cards » à la Google Now, des couleurs peu contrastées, des pages épurées et une grande place pour l’image. Un login unique permet d’alimenter un Knowledge Graph permettant de mieux vous connaître (et donc vous servir) et le réseau social Google+, que vous utilisez comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir…

Les exemples concrets de cette centralisation de données sont nombreux : les Google Play Games permettent de jouer à plusieurs simultanément sur différentes plateformes, Chrome vous propose de pousser l’application Android correspondant à la web app à laquelle vous venez de vous inscrire et Google Hangout gère des notifications unifiées.

En se focalisant sur les couches hautes (services), Google arrive à faire évoluer ses plateformes sans demander de gros efforts à ses utilisateurs. Android a ainsi une expérience utilisateur fortement modifiée par cet I/O 2013, sans que la fragmentation en soit augmentée.

Les innovations présentées

  • Google Maps s’enrichit fortement en termes graphiques. Il intègre des fonctions de Google Earth et de Google+, et affichera les accidents de trafic en temps réel. Et après Street View, ce sont les océans qui sont en train d’être capturés.
  • Chrome se voit doté de fonctions Google Now activées avec une simple injonction (« OK Google », pendant du « OK Glass »), qui génère une réponse vocalisée et s’appuyant sur le Knowledge Graph pour proposer des réponses personnalisées et au delà de ce que vous avez demandé.
  • Google+ est réorganisé en 3 colonnes sur grand écran, avec un responsive design qui met en avant les photos et généralise les « cards » de Google Now, ce qui permet d’afficher rapidement plus d’informations. Google+ devient aussi une solution de SSO multi-terminaux.
  • Google+ Photos devient un des services les plus puissants du marché, ce qui correspond bien à l’explosion de la photographie amateur depuis les mobiles : auto amélioration, auto sélection des meilleures photos (sourires, luminosité…) et toujours l’auto-upload dans le cloud.
  • Google Hangouts compile Gtalk et Hangout  (en attendant l’intégration des SMS et de Google Voice). Afin de synchroniser les notifications et état des messages entre toutes les interfaces Google, le service s’appuye sur Google Cloud Messaging.
  • Google Play Games sera présent sur toutes les plateformes majeures du marché, il permet des sauvegardes et des jeux multi-terminaux, multi-joueurs et multiplateforme.
  • Google Play services améliore notamment la consommation d’énergie pour la localisation, le « geo-fencing » permettant de définir des zones géographiques déclenchant des actions spécifiques telles que des messages publicitaires et la reconnaissance d’activités, qui peut donc indiquer si vous être en train de marcher ou de faire du vélo.
  • Google Play for Education est un marché d’applications dédié aux élèves et leurs professeurs. Ceux-ci pourront choisir parmi les applications triées et les installer sur les tablettes de leurs étudiants.
  • Google Play Music All Access, la version abonnement de Google Music, à 10$/mois. Semblable à Deezer ou Spotify, avec une intégration probable et prometteuse à YouTube.
  • Google TV n’ a pas été nommément cité mais rejoint la version Android standard : Google a laissé tomber une différenciation par taille d’écran, pour le pire (ergonomie) ou le meilleur (choix d’applications).
  • Google Cloud Platform est pleinement déployée, en écho aux services du Cloud d’Amazon (AWS, EC2…). L’App engine (PaaS pour héberger des web apps auquel est ajouté le PHP et qui sera optimisée automatiquement) est accompagné par le Compute Engine, ouvert à tous désormais, et enfin le Google Cloud Datastore pour le stockage.
  • Google Studio permet à Google de faciliter la vie des developpeurs Android, puisque cet outil permet de contrôler l’application avant compilation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top