mer 21.08 0

Retour sur le Web2Day 2019

Qu’est-ce que le Web2Day ?

Le Web2day est un festival sur le thème des nouvelles technologies et de la transformation numérique, organisé depuis 11 ans par la Cantine à Nantes.

L’édition 2019 s’est déroulée les 5, 6 et 7 juin et a rassemblé plus de 7000 visiteurs autour de 200 conférences. Un village de 5000 m² était également présent, accueillant les stands des entreprises venues montrer leur implication dans la transformation digitale. Cet événement est l’occasion de rencontrer les acteurs de la technologie et d’échanger sur les problématiques phares auxquels nous devrons faire face.

Logo du Web2Day
« Life is too short not to have fun at work » – Slogan du Web2Day 2019

5 espaces ont pu accueillir des conférences sur des thématiques très variées telles que l’entreprenariat, la gouvernance technologique, le marketing, ou encore le design/UX. Entre ces conférences, nous avons pris le temps de faire le tour des différents stands, notamment la SNCF, la MAIF, La Banque Postale ou encore le Crédit Agricole pour découvrir leurs réalisations en matière d’innovation.

Après avoir assisté à ~20 conférences et avoir visité une partie des stands, nous avons identifié 5 grandes tendances de ce Web2Day 2019 :

  • RH : Les nouveaux modes d’organisation et de recrutement
  • IA : Intégration de l’intelligence émotionnelle dans l’Intelligence Artificielle
  • AR/VR : Des cas d’usages concrets de la réalité virtuelle
  • TechForGood : Inclusion numérique et design éthique
  • Marketing : Le marketing digital en pleine évolution

Les nouveaux modèles d’organisation et de recrutement

Une des grandes thématiques de ce Web2Day 2019 est l’avancée des nouveaux modes d’organisation et de recrutement. Dans un contexte de transformation des méthodes de travail et de management l’émergence de nouveaux modèles d’organisation nous poussent à penser différemment et à modifier nos habitudes.

Une des grandes thématiques de ce Web2Day 2019 est l’avancée des nouveaux modes d’organisation et de recrutement. Dans un contexte de transformation des méthodes de travail et de management, l’émergence de nouveaux modèles d’organisation nous poussent à penser différemment et à modifier nos habitudes.

A une époque où la concurrence est rude en termes de recrutement, les entreprises cherchent à innover et à se démarquer de leurs concurrents en proposant des modes d’organisation plus flexibles et un management plus dans l’aire du temps. Grâce aux conférences du Web2day, il nous a été possible de découvrir quels sont les choix qu’ont fait certaines entreprises afin de changer leur quotidien et adapter leur positionnement RH.

Nous vous présentons deux conférences auxquelles nous avons assistées lors du Web2Day.

Comment décider quand on n’est pas le chef ?

Erwann ROZIER Co-fondateur de FLY THE NEST nous propose sa vision de l’organisation de sa start-up

« Décider, c’est agir, c’est exécuter une décision et la mettre en place ».

Dans un modèle d’organisation classique, le manager décide et n’agit pas, alors que ses collaborateurs exécutent les tâches sans pouvoir décider. Fly The Nest a choisi un autre mode d’organisation où chacun peut choisir de s’exprimer et de porter un projet.

La start-up propose des formations à un management moderne et performant.

Intégrer les valeurs du web dans l’entreprise

Faustine Duriez – Fondatrice de COCOWORKER porte notre attention sur la nécessité de réinventer les rites managériaux à l’ère du management 2.0

Cocoworker propose de reconnaitre les comportements positifs, l’investissement et les talents (soft skills) de chacun de façon transparente et ludique à travers l’envoi de « Kiffs » à ses collègues de travail.

Exemple de « Kiff » envoyé sur la plateforme

On partage ainsi le pouvoir de reconnaissance à tous les collaborateurs et pas uniquement au management. Cette solution, directement inspirée des réseaux sociaux montre que le web ne se résume pas qu’à une plateforme de divertissement et de partage mais qu’il apporte une vraie révolution en matière de méthodes de travail, de communication et d’interactions sociales.

C’est un enjeu stratégique pour ces prochaines années que de s’approprier ce nouveau terrain de jeu et d’intégrer les valeurs du web dans nos méthodes de travail.

 

A voir également sur la page YouTube du Web2Day :

Les nouveaux modèles d’organisation – Micro – Web2day 2019

Le « Remote », révolution, nouvelle organisation – Micro – Web2day 2019

Intégration de l’intelligence émotionnelle dans l’Intelligence Artificielle

Les usages de plus en plus nombreux de l’Intelligence Artificielle placent cette technologie au cœur de nombreux sujets. Cependant, une nouvelle forme d’IA est en train de voir le jour : l’Intelligence Emotionnelle Artificielle. L’analyse des sentiments humains donne une toute nouvelle dimension à l’IA, lui permettant de mieux nous comprendre et de réagir à nos émotions. Les GAFA sont déjà bien positionnés, avec Facebook cherchant à développer une IA réagissant aux émotions des utilisateurs (à travers l’analyse d’une phrase, d’un enregistrement audio, des expressions du visage, …) pour adapter la publicité ou encore Google qui, on suppose, pourrait améliorer son assistant vocal en prenant en compte l’émotion de l’utilisateur.

L’analyse du sentiment est un pas vers une IA plus performante et plus proche de nous, qui comporte également ses risques, notamment sur le respect de la vie privée des utilisateurs. En effet, nos émotions sont une part très intime de notre personnalité que l’on ne souhaite pas nécessairement rendre public.

Intelligence artificielle, machine Learning et analyse du sentiment, vers une intelligence émotionnelle artificielle ?

Kevin Adda CTO de BetterWorld nous explique comment utiliser le Deep Learning pour extraire et analyser le sentiment humain d’une phrase.

Nos décisions sont le résultat du parcours d’un signal électrique depuis nos récepteurs à travers un réseau de neurones. En reproduisant ce processus de manière algorithmique, on obtient le principe des neurones artificiels : une entrée (des données), une sortie (une « Prédiction ») et entre deux, des couches de neurones se construisant au fur et à mesure de l’apprentissage.

Il est possible d’appliquer ce principe à l’analyse d’une phrase afin d’en extraire le sentiment et de rendre les IA plus humaines et aptes à répondre aux attentes des utilisateurs.

 

Retrouver ici la vidéo de la conférence de Kevin Adda. A voir également sur la page YouTube du Web2Day :

Designer pour l’IA : l’impact de l’intelligence émotionnelle dans l’UX – Noémie LECORPS

Des cas d’usages concrets de la réalité virtuelle et augmentée dans les entreprises

La Réalité Virtuelle (Immersion totale ou partielle de l’utilisateur dans un environnement virtuel) et la Réalité Augmentée (Ajout d’éléments virtuels contextuels dans l’environnement réel de l’utilisateur) sont des technologies prometteuses. Elles ont déjà transformé le secteur de l’aviation et de l’automobile qui les utilisent depuis plus d’une quinzaine d’années. Leur domaine d’application est très vaste, mais elles sont particulièrement efficaces lorsqu’elles sont utilisées dans le domaine de l’industrie.

De la vérification en réalité virtuelle des modèles avant production au contrôle de qualité en réalité augmentée, en passant par la formation des employés à des situations complexes, les usages sont nombreux et les possibilités presque infinies.

Nous avons sélectionné deux conférences sur ces technologies utilisées dans deux domaines très différents : l’industrie et la grande distribution.

Table ronde : L’industrie, votre nouveau terrain de jeu ?

Table ronde sur le futur de l’industrie

La Région Pays de la Loire met en place des programmes pour faciliter la collaboration entre start-up et entreprises. La Fonderie BOUHYER qui cherchait une solution pour vérifier les pièces produites avant leur expédition, a été mise en contact avec TOUNDRA RA, une start-up de réalité augmentée de l’incubateur de l’IMT Atlantique. Ensemble, ils ont collaboré dans le développement d’une application de réalité augmentée fonctionnant en conditions opérationnelles permettant d’aider les opérateurs dans la vérification de la qualité des pièces sorties d’usine avant leur envoi aux clients.

 

 

 

Pourquoi Walmart forme 1 Million de salariés en réalité virtuelle en 2019 ?

Formation des employés de Walmart en réalité virtuelle

Bertrand Wolff, Co-fondateur de ANTILOGY, nous explique comment Walmart utilise la réalité virtuelle pour former ses salariés.

Walmart est N°1 mondial de la distribution avec plus de 1,2M de salariés aux USA. L’idée d’utiliser la réalité virtuelle est venue d’un joueur de football américain, qui s’entrainait à recréer des situations stressantes en réalité virtuelle afin de mieux y faire face lors d’un match réel. Le concept s’est adapté à la formation des employés de la chaine de magasins, avec comme cas d’usage le jour du black Friday qu’il est possible de simuler en réalité virtuelle afin d’aguerrir les salariés et de les entrainer aux bons réflexes à avoir dans ces situations (repérer un enfant isolé, une situation de danger…)

Finalement, la réalité virtuelle est jugée plus performante et est plus appréciée par les employés de Walmart qu’une formation classique. Avec des coûts réduits, une réitération à volonté et la possibilité de reproduire virtuellement n’importe quelle situation, cette technologie est devenue un incontournable dans le domaine de la formation.

 

La réalité virtuelle arrivant à une certaine maturité technologique, elle offre maintenant beaucoup de possibilités qu’il reste à exploiter. Bien que le grand public ne soit pas encore conquis par cette technologie, les industriels l’ont déjà pour la plupart intégré dans leurs processus d’études et de production. Permettant de meilleures performances et des économies de taille, elle est devenue indispensable dans certains secteurs depuis quelques années.

A la différence de la réalité virtuelle, la réalité augmentée est encore une technologie en développement, tant au niveau matériel que logiciel. Plus complexe, car elle met en relation le réel et le virtuel, elle possède néanmoins beaucoup d’avantages et de cas d’usages concrets prêts à être industrialisés lorsque la technologie sera prête.

 

Retrouver ici la vidéo de la conférence de Bertrand Wolff et ici la table ronde sur l’industrie et la réalité augmentée.

Tech for Good, inclusion numérique et design éthique

Face à la prise de conscience sur les dérives du numérique (collecte abusive des données, exclusion des populations non technophiles, pollution…), une nouvelle façon de voir le numérique a émergé : la Tech for Good, soit une technologie accessible, au service du bien commun et de l’intérêt général.

De plus en plus d’acteurs ne souhaitent pas développer des technologies uniquement pour le bien de la technologie ou pour permettre à des entreprises d’être plus rentables mais plutôt dans le but d’adresser les grands enjeux environnementaux et sociaux de notre époque. Cette notion soulève cependant des questions car, comme le faisait remarquer Ines LEONARDUZZI dans sa conférence « L’écologie numérique, prochain enjeu écologique majeur », c’est aussi la production de devices et de contenu, le stockage de données ou encore le fait de faire des requêtes sur Internet qui sont sources de pollution.

Nous devons donc revoir notre façon de penser, construire et utiliser le numérique pour pouvoir réduire son impact environnemental et sociétal.

Design éthique : mission possible

Florence Tagger, Directrice de la Fab Design, l’agence digitale interne du groupe SNCF et Nabil Thalmann, Directeur d’étude à Intuiti ont présenté le retour d’expérience de la SNCF sur la conception et la mise en œuvre d’un site au design éthique ou durable se basant sur 3 piliers :

  • Le respect des individus, soit un site moins intrusif (en réduisant par exemple les notifications)
  • La frugalité, soit un site moins consommateur de ressource (en n’affichant plus systématiquement les cartes des itinéraires par exemple)
  • L’inclusion, soit un site accessible à tous quelque soit sa situation de handicap (en offrant la possibilité de renforcer les contrastes par exemple)

Le succès de la mise en œuvre a été salué par le certificat AccessiWeb, silver level. La SNCF étant le premier site avec autant d’audience à revoir ce certificat, les conférenciers ont souhaité montrer que cela était faisable et que cette démarche a permis de fédérer les équipes en interne.

 

Retrouver ici la vidéo de cette conférence. A voir également sur la page YouTube du Web2Day :

Forget revenue, focus on values – Roxanne VARZA

La tech pour réparer l’économie et la planète – Axel BONALDO

Le marketing digital en pleine évolution

L’évolution des nouvelles technologies contraint les entreprises à s’adapter pour intégrer le digital dans leur stratégie marketing. Il est important de comprendre que les nouveaux outils numériques à disposition des entreprises ne sont pas des finalités en soi. Ils ne sont que des moyens pour mener sa stratégie marketing à terme. Cette évolution du milieu et des pratiques des prospects va contraindre les entreprises à redéfinir leurs méthodes et leur stratégie marketing.

Les utilisateurs du web attendent de nouvelles propositions de valeur, en accord avec leurs habitudes et leurs usages. Le risque pour les entreprises est de sous-estimer cette évolution et de ne pas considérer le web comme un environnement bien distinct qui dispose de ses propres règles. Une fois que l’on a compris cela, il faut réaliser qu’on ne peut pas nécessairement transposer les méthodes marketing traditionnelles dans le domaine du web et qu’un travail est nécessaire pour repenser entièrement sa stratégie.

Les 4 Piliers du Leadership Digital

Caroline FAILLET – CEO du Cabinet BOLERO, nous donne les clés pour définir une stratégie digitale (A retrouver sur YouTube ici)

Mais qu’est-ce qu’une stratégie digitale réussie ? Caroline Faillet nous alerte sur la nécessité de ne pas confondre stratégie et objectifs marketing (Une campagne média n’est pas une stratégie, de même que la mise en place Salesforce, ce sont des moyens pour mettre en place une stratégie).

On réduit trop souvent le web à un canal de communication alors que c’est un champ de bataille entièrement nouveau qui répond à ses propres règles. Il faut donc articuler sa stratégie en fonction des enjeux court terme et moyen terme :

  • Comprendre les attentes et segmenter les communautés

1% des internautes sont des leaders d’opinions, 10% réagissent simplement à l’opinion, 89% sont passifs. C’est en écoutant les 11% d’internautes qui s’expriment sur le web que l’entreprise réussira à capter les irritants et les attentes de son marché.

  • Comprendre les comportements et modéliser les parcours digitaux

Un écosystème digital réussi est celui qui croise les parcours des cibles. Un écosystème est dicté par les usages des prospects et non par les objectifs marketing fixés.

 

A voir également sur la page YouTube du Web2Day :

Le Deep Learning au service du marketing digital – Table ronde

Conclusion

Le Web2Day est l’occasion d’échanger sur les technologies d’aujourd’hui et de demain, sur leurs impacts sur notre quotidien et d’explorer leur potentiel. C’est aussi une belle opportunité pour assister à des conférences captivantes et originales, porter un regard critique sur les modèles existants dans notre société et prendre conscience de notre pouvoir, en tant qu’acteur de la tech, à impacter le monde. Vivement la prochaine édition !

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *