Differential medicine – Partie 3 : Retour dans le futur de l’endomicroscopie

Paris, le 03 décembre 2015, 15 :40

Sous la verrière du 25 Rue du Petit Musc dans les locaux de The Family, le colloque « Differential Medecine » continue.

Sacha Loiseau s’avance sur l’estrade pour nous parler de sa contribution au futur de la Santé… Il succède à Nicolas Colin qui vient d’expliquer comment le financement favorise ou freine drastiquement le développement des innovations dans un environnement aussi réglementé que la santé…car son entreprise Mauna Kea Tech est un cas d’école.

Sonder l’infiniment petit avec les mêmes yeux que pour l’infiniment grand pour…

Né en 1970, Sacha Loiseau est polytechnicien et astrophysicien de formation. Il a travaillé au CNES (Toulouse), à l’Observatoire de Paris et au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa (Pasadena) avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Dans ce cadre, il est envoyé à de nombreuses reprises en mission dans le supertéléscope du Mauna Kea. Parenthèse géographique pour les novices : dome_summit2_0Mauna Kea est un volcan endormi situé sur l’île d’Hawaï. Son nom signifie en hawaïen «montagne blanche», en référence à son sommet souvent enneigé l’hiver.

Loiseau s’installe donc à l’observatoire au sommet du volcan et y scrute le cosmos pendant des nuits entières. C’est là qu’il rencontre les partenaires qui lui inspirent de combiner les techniques telles que l’optique adaptative et l’interférométrie, les connaissances informatiques et les avancées en astrophysique accumulées au pied des télescopes pour les appliquer à l’imagerie médicale.

Loiseau réunit ainsi 30 000 fibres optiques dans un faisceau inférieur à 1 millimètre de diamètre. Les fibres ainsi glissées dans un endoscope, scannent le tissu ciblé et reconstituent une image microscopique dynamique pour permettre une analyse des résultats en temps réel.

Cette technologie innovante est donc un système d’endomicroscopie générant des biopsies optiques pour visualiser les tissus et les organes, in vivo et en temps réel. Il fournit aux praticiens une aide au diagnostic pour dépister les cancers sans faire d’intervention chirurgicale invasive.

La création d’entreprise étant un virus familial ( son père et son frère sont dans les médias, avant eux, dans les années 30, son grand-père a créé Schneider Radio-Télévision) Loiseau se lance dans l’aventure entrepreneuriale pour commercialiser sa technologie révolutionnaire qu’il a nommée Cellvizio.

Il crée en 2000, Mauna Kea Technologies en France. Mauna Kea Technologies opère dans le secteur de l’équipement et de la technologie médicale « avancés ». L’entreprise a consacré de nombreuses années à la R&D et aux tests cliniques pour mettre au point, étudier, valider et développer puis commercialiser Cellvizio sa solution d’endomicroscopie confocale par minisonde qui détecte et visualise des anomalies gastro-intestinales et pulmonaires.

Elle est cotée à la Bourse de Paris (Euronext compartiment B) et a levé 56 millions d’euros en 2011.

En 2013, elle comptait plus de 400 clients dans le monde, notamment aux Etats-Unis, pour un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros.mauna-kea1

…Révolutionner le parcours de soin !

Le professionnel de santé a la possibilité de voir les cellules pathologiques sans avoir à pratiquer des biopsies et à attendre les résultats des prélèvements. En fait, la solution lui permet de réaliser un «super zoom » des zones sélectionnées mais surtout une analyse microscopique in vivo. cellvizio-images-comparison

Cette instantanéité de collecte de données améliore la prise en charge du patient grâce à :

  • La détection précoce de lésions précancéreuses ou microinvasives déjà cancéreuses mais restant superficielles.
  • La caractérisation in vivo, de la nature des lésions repérées.

Une telle biopsie virtuelle optique de la lésion, permet la réduction des délais de prise de décision en ayant immédiatement, la possibilité de réaliser un diagnostic et de choisir une résection endoscopique ou non.

Les chiffres mis en avant par Loiseau donnent le tournis.

Pour le seul spectre pancréatites, le coût de l’acte est de 5000 € sans oublier le coût supplémentaire induit par de probables complications à gérer. Ces éléments financiers sont bien sûr à additionner au coût humain.

Alors que 61 % des patients atteints de kystes du pancréas bénin asymptomatiques PEUVENT vivre avec leurs lésions sans jamais subir de chirurgie.

L’avantage clé d’amener la précision d’un télescope dans le corps humain pour le patient est bien sûr de lui éviter les prélèvements dits invasifs et les chirurgies inutiles .

Comme toute entreprise opérant dans le secteur de l’équipement médical « avancé », Mauna Kea Technologie doit démontrer l’efficacité de sa technologie Cellvizio : d’une part, dans les différentes étapes de la prise en charge des patients et d’autre part dans diverses indications thérapeutiques.

Mauna Kea Technologies publie donc les résultats de ces études dans des revues médicales de renom. La dernière annonce concernait la finalisation du recrutement de l’étude clinique Contact II, portant sur la caractérisation des kystes du pancréas avec l’endomicroscopie confocale par aiguille avec plus de 200 patients et dont les prochaines étapes consisteront à assurer le suivi des patients post-intervention afin de valider à longue échéance le diagnostic pour chacun d’entre eux.

Apportez le microscope dans le patient pose pourtant pour nous une question primordiale : celle de la formation.Medicine doctor hand working with modern computer interface as m

Le corps médical est-il formé aujourd’hui à utiliser cette technologie ? Sait-il interpréter des métriques évolutives car prise au sein d’un être vivant par opposition à des prélèvements sortis de leurs environnements?

Ce qui est encore aujourd’hui une technologie expérimentale, pose donc la question de l’évolution des enseignements théoriques pour permettre d’envisager une application en pratique courante de nouvelles technologies émergentes.

Cellvizio : petite sonde mais grande ambition

IMG_1332Générer, grâce à Cellvizio, des biopsies optiques qui fournissent instantanément des images microscopiques des tissus sans prélèvement invasif n’est pas une fin en soi… l’ambition réelle est de démocratiser cette technologie révolutionnaire et qu’elle devienne une nouvelle modalité d’imagerie commune, au même titre que l’échographie, le scanner ou l’IRM.

Pour y parvenir, rien n’est laissé au hasard et une stratégie d’entreprise efficiente est orchestrée par Loiseau et ses équipes. Leur rodmap semble suivre la maxime : « Les petits ruisseaux font les grandes rivières »

Fonctionnellement, Cellvizio se positionne comme LA solution de la précision. C’est l’équivalent d’un télescope amené dans le corps humain et souhaite étendre son périmètre d’application petit à petit.

Dans un premier temps, la cible est de caractériser les pancréatiques avec des lésions avec une spécificité élevée. Mais le spectre des domaines d’investigation peut être élargi à toutes les parties du corps, des plus difficiles d’accès comme les voies biliaires aux plus simples (poumons, seins, etc.)

Logistiquement, Mauna Kea Technologies distribue déjà ses produits à l’échelle mondiale à travers un réseau de plus de 35 distributeurs mais continue à convoiter des implantations dans des marchés à hauts potentiels. L’entreprise avait d’ailleurs, fait le Buzz dans le milieu médical en obtenant une autorisation de commercialisation de son matériel d’endoscopie microscopique Cellvizio au Japon.

Stratégiquement, une homologation en nom propre dans l’archipel n’est pas une mince victoire  :

  • En termes de potentiel commercial : le marché des technologies médicales y est évalué à 24 milliards d’euros. Le Japon est ainsi le second marché au monde après les Etats-Unis en nombre d’actes d’endoscopies effectués.
  • En termes d’image dans l’écosystème de son secteur d’activité (la petite société française est la seule à venir concurrencer sur leurs territoires trois grands fabricants d’endoscopes locaux) et auprès des praticiens car les médecins endoscopiques japonais sont les plus réputés du monde. Ils ont inventé pas moins de 90% des techniques d’investigation actuelles.

A l’époque, une hausse de près de 5% du titre Mauna Kea Technologies en Bourse, était venue saluer cette conquête.

Pour réussir à perturber le diagnostic traditionnel, Mauna Kea Technologies mise aussi intelligemment sur la communication à travers différents canaux :

  • Pour parler aux investisseurs, Sacha Loiseau, est présent sur les plateaux TV (BFM tv…)IMG_1334
  • Pour convaincre le monde des nouvelles tech, c’est un conférencier accompli ( preuve en est à la conférence différential medecine)
  • Pour convaincre le corps médical, conférences et publications dans les magazines spécialisés
  • Sans oublier, quelques opérations séductions tout public comme la visite du président de la République au siège parisien de la société il y a quelques semaines et qui a ,accessoirement aussi, emballé le court de la firme à la Bourse de Paris.

Réglementations, financements,…les combats d’une start-up:

Poursuivre une telle politique expansive nécessite tout de même des lourds investissements financiers. Sur ce volet, Loiseau partage les positions de son prédécesseur Nicolas Colin sur la complexité de l’environnement :

Tout d’abord, bâtir une entreprise quel que soit le secteur n’est pas chose aisée dans une période marquée par une crise financière qui dure.

Dans le secteur des technologies médicales, c’est encore moins aisé car il faut alors jongler entre les diverses contraintes réglementaires. Qui sont extrêmement variables d’un pays à l’autre et parfois même d’une région à l’autre.

Se positionner en particulier sur la niche des «bioendoscopies», c’est rajouter de la complexité à l’équation en y combinant les spécificités du cycle d’innovation (interactions, itérations, interrogations).

Pourtant le polytechnicien a choisi de créer son entreprise en France où l’écosystème est très spécifique avec :

  • Une multitude d’acteurs en présence (patients/consommateurs,  monayeurs et régulateurs)
  • Le remboursement considéré comme la principalement source de financement.

Cette situation bicéphale place d’emblée les entreprises devant un dilemme stratégique : quelle cible adressée en priorité? Le payeur ou la population bénéficiaire du produit ?

La Haute Autorité de Santé (ou HAS pour les initiés) est en France en charge de l’évaluation des technologies de santé. Elle a décidé il y a peine quelques semaines, de rembourser un acte d’endomicroscopie de la firme ce qui met un coup de projecteurs sur son activité et impulsera probablement une accélération à son activité dans l’hexagone où elle était jusqu’à présent encore en retrait.

En 2016, on peut dire que Mauna Kea Technologies est un fleuron de la frenchtech. Loiseau a été bien inspiré pour la dénomination sociale de son entreprise qui, depuis sa création est une sommité dans le domaine de l’endomicroscopie.

One thought on “Differential medicine – Partie 3 : Retour dans le futur de l’endomicroscopie

  1. Bonne continuation je séduit par cet article futuriste et inovent en endoscopie car permet un grossissement in vivo des muqueuses et des tissus humains explorés mainteeant le jugement ne venir que de la part des endoscopistes et des anatomopathologistes .merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top