mer 22.10 0

Miroculus, le détecteur de cancer miraculeux ?

Les progrès de la biotechnologie et de l’IT ont permis la démocratisation d’outils de plus en plus puissants, mais aussi de plus en plus accessibles. De nouvelles équipes multidisciplinaires se sont formées, aptes à les exploiter pour répondre de manière disruptive à certains problèmes – dont la santé. Miroculus est un exemple frappant du croisement entre les avancées de la biologie et celles des nouvelles technologies.

Les micro-RNAs, sésame de la détection

Dans le cas du cancer la médecine a fortement progressé sur les médicaments et les traitements curatifs. En revanche, la détection n’a elle pas évoluée depuis des années. Elle reste souvent tardive, particulièrement lorsque le patient est en bonne santé, avec une hygiène de vie saine. Pourtant, plus le cancer est détecté tôt plus les chances de l’éradiquer définitivement sont élevées. La règle voulant que l’on ne détecte le cancer qu’à l’apparition des premiers symptômes est-elle immuable?

miroculus_logo

C’est tout l’objet de Miroculus, dispositif capable de détecter de manière fiable et précise plusieurs types de cancer, même à un stade précoce, et cela seulement grâce à un extrait sanguin. Cette analyse se base sur les microRNAs. Sans trop entrer dans les détails scientifiques, les RNAs sont en charge de construire les protéines et elles sont “pilotées” par les micro-RNAs : ce sont elles qui disent quand et combien de protéines il faut que les RNAs créent. Et ce sont elles qui permettent d’exprimer tel ou tel gènes, en fonction notamment du contexte et de l’environnement.

miroculus_RNA

Or, le cancer altère la façon de s’exprimer de nos gènes dans la construction des cellules. Miroculus exploite donc ce principe pour détecter les dérèglements de comportement des micro-RNAs et les lier à des types de cancer potentiels. Pour cela le détecteur miracle s’appuie sur une vraie base de données construite par des scientifiques. Plus concrètement comment Miroculus parvient-il à distinguer la différence entre une molécule normale et une molécule altérée alors que ces dernières sont minuscules et extrêmement proches?

Des résultats en 1h grâce à des technologies de l’IT

miroculus_grilleC’est tout l’objet du dispositif créé par cette équipe internationale. Non invasif, il est d’abord capable de séparer et d’identifier les micro-RNAs récupérés lors d’un simple test sanguin (une réaction chimique différente dans chaque puit permet d’identifier une micro-RNA spécifique). Une fois placé dans la machine, la remontée des informations fournies par l’échantillon se fait via une application installée sur un smartphone : ce dernier est posé sur la boite de telle sorte que la caméra prend des images de la réaction en cours dans la machine et les envoie aux serveurs de la société. Le test ne dure qu’une heure et il analyse quel puit brille et à quelle intensité. Le test n’est donc pas ciblé sur un cancer en particulier mais tend à tous les détecter, ce qui permet de le soigner avant qu’il n’évolue.

Pour ne rien gâcher à l’aspect disruptif de la solution, la boite permettant de laisser la réaction se faire pendant que le smartphone enregistre le résultat est construite avec une simple imprimante 3D. Les chercheurs souhaitant accélérer son développement, ils fournissent son design en open-source et espère faire participer la communauté.

Au delà du dispositif matériel permettant de tester l’extrait sanguin, le cloud et l’exploitation de toutes les données sont des éléments clefs de la solution : la capacité du smartphone à envoyer toutes les données au serveur permet de traiter en temps réel toutes les informations et de les croiser avec l’ensemble de la base de données pour fournir le diagnostic.

Naturellement ce n’est que le début et seulement quelques cas sont détectables aujourd’hui (pancréas, poumon, sein…), mais ils le sont avec fiabilité, rapidement et pour un coût très faible. Big data, mobilité, cloud, biologie, impression 3D… voici un projet exploitant à merveilles les nouvelles possibilités offerts par les technologies pour répondre à une réelle problématique de santé.

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *