ven 01.02 2

Firefox OS : quand Mozilla veut libérer les smartphones

Un an après avoir démarré son projet, la fondation Mozilla a enfin dévoilé les deux premiers smartphones qui vont embarquer son premier OS mobile : Firefox OS. En centrant son OS sur les technologies web, la fondation espère libérer les plateformes mobiles des obstacles et contraintes des plateformes propriétaires existantes. Mais Firefox OS arrivera-t-il à s’imposer dans un marché dominé par Google et Apple ? Voici notre analyse.

Atouts et facteurs clés de différenciation

Une technologie standardisée et adoptée par une vaste communauté

La force de cet OS repose sur la technologie sur laquelle il est basée : le standard HTML5. Au moment où le projet de Mozilla démarrait (début 2012), il est vrai que ce langage Web n’en était encore qu’à ses balbutiements et ses travaux de standardisation étaient toujours en cours. Mais aujourd’hui le standard est complet et Firefox compte bien en tirer parti.

En effet, une récente étude a montré que 94% des développeurs utilisaient ou prévoyaient d’utiliser le HTML5 pour le développement d’applications d’ici fin 2012. Ainsi en basant son OS sur une technologie fortement adoptée et standardisée, Firefox OS pourra compter sur la créativité d’une vaste communauté pour enrichir son market place, condition nécessaire à son succès (voir notre article sur les App Stores). Mozilla a donc lancé une opération séduction auprès des développeurs en leur mettant à disposition un simulateur de smarphone début décembre et en leur présentant en ce début d’année les 2 premiers produits qui embarqueront l’OS : le Peak et le Keon.

Firefox OS s’est fortement inspiré de l’ergonomie d’Android en n’utilisant que des technologies Web.
Voici un aperçu de l’OS et de ses fonctionnalités :

Une stratégie cross-plateform autour du Web

En misant sur la technologie Web, Mozilla compte poursuivre le défi qu’il s’est lancé il y a un an : créer une plateforme ouverte et accessible via le Web par tout type d’appareil (smartphones, tablettes, PC/Mac) quel que soit le système d’exploitation grâce au HTML5.

En effet, nous vous présentions il y a un an le projet Mozilla Labs Apps Project qui a finalement aboutit à la création du market place de Mozilla : Firefox Marketplace. Ainsi Mozilla compte tisser sa propre toile des applications (web of apps).

La co-construction d’un modèle ouvert

En plus d’ouvrir techniquement son OS, Mozilla souhaite aller encore plus loin et casser les codes du marché : la possibilité de vendre et mettre à disposition des applications en dehors du market place.

Ceci implique donc de laisser plus de proximité dans la relation client / éditeur-marque.

Mozilla a également construit son OS en collaborant avec les constructeurs et les opérateurs télécom pour que Firefox OS puisse leur offrir d’importants degrés de liberté dans la personnalisation de leurs produits et services. Ces acteurs pourront personnaliser « l’expérience utilisateur, contrôler la distribution de leurs applications et conserver une relation privilégiée avec leurs clients tant du point de vue de la fidélisation commerciale que de la facturation des services » (source : Mozilla).

Ainsi nous pouvons voir que Mozilla a lancé une vaste opération de séduction auprès des développeurs, constructeurs et opérateurs télécom. Mais arrivera-t-il à séduire les clients et à imposer son modèle ouvert dans un marché fermé ?

Principales faiblesses

Le manque de notoriété

Bien connu pour son navigateur internet sur les ordinateurs, Mozilla doit cependant se construire une image de marque sur le segment des smartphones et plus largement des services et applications.

En effet, si Google a réussi a dominé le marché des OS mobile avec Android, c’est notamment grâce à son expérience dans les services grand public et professionnels (moteur de recherche, messagerie mail, cartographie, services publicitaires, …).

Si Firefox OS a pour l’instant réussi à faire le « buzz » auprès d’une communauté technophile et possède des arguments solides pour séduire des constructeurs et opérateurs télécoms, il est difficile de croire aujourd’hui que seul un argumentaire centré sur la « liberté » réussira à séduire les professionnels et les particuliers.

Cependant, Firefox OS a une carte à jouer pour se différencier : le low cost. En effet, son OS étant basé sur une technologie peu gourmande en puissance, il pourra aussi bien s’intégrer sur des smartphones que sur des feature phones. Selon les prévisions de Strategy Analytics, Firefox OS devrait atteindre 1% de parts de marché en 2013 en priorisant sa stratégie marketing sur les téléphones de première gamme, segment principalement adressé par Android.

Un OS plus ouvert… aux malwares ?

S’il est vrai qu’Apple laisse peu de degrés de liberté dans son OS, force est de constater qu’il garantit un important niveau de sécurité de son écosystème dont il maîtrise la totalité de la chaîne de valeur (au risque parfois de freiner l’innovation).

Les chiffres parlent d’eux même, aujourd’hui les plateformes les plus touchées par les malwares (logiciels malveillants) sont les plateformes les plus ouvertes comme le montrent le rapport de McAfee sur les menaces au 3ème trimestre 2012 :

McAfee Threats Report - Third Quarter 2012 - Mobile Malwares
McAfee Threats Report – Third Quarter 2012 – Mobile Malwares

En faisant partie des OS mobiles les plus ouverts du marché, Firefox OS devra donc construire des solutions et des arguments solides pour que la sécurité de ses futurs utilisateurs et la protection de leurs données soient garanties.

Conclusion

Si Firefox OS ne va pas révolutionner les usages, il possède cependant de nombreux atouts pour trouver une place sur le marché des OS mobiles. L’arrivée de cette nouvelle plateforme centrée sur le web va peut-être permettre à certains constructeurs de se libérer des modèles fermés du marché tout en bénéficiant d’une (potentielle) large communauté de développeurs pour enrichir un market place ouvert et ainsi satisfaire les utilisateurs finaux.

Le fabricant chinois ZTE a déjà fait le choix de commercialiser dès cette année un smartphone sous Firefox OS. Nous verrons alors comment réagira le marché.
Affaire à suivre… 

Commenter cet article

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *