mer 29.05 6

Etat des lieux sur l’utilisation du NFC en France

Véritable rupture technologique ou échec annoncé ? Le NFC fait encore beaucoup parler de lui avec des chiffres optimistes, dévoilés par les opérateurs et les banques. Le déploiement à grande échelle en France du NFC a commencé mais des questions quant à son adoption par le grand public subsistent. Fin 2012, nous nous posions la question d’un déploiement massif de cette technologie en 2013. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le Near Field Communication (NFC) permet d’échanger des données entre 2 objets à une distance d’une dizaine de centimètres. Le sans-contact est présenté comme une rupture technologique, censée arriver dans notre quotidien depuis quelques années déjà. Le Japon est souvent cité en exemple pour illustrer la puissance de cette technologie et donc son adoption imminente. Depuis 2004, la plupart des grands magasins et des réseaux de transports proposent des services NFC. Concernant la France, les grands cabinets d’études repoussent leurs prévisions d’adoption d’année en année. Selon Juniper Research, la généralisation du NFC prévue pour 2015 a récemment été décalée à 2017 suite à leurs dernières observations. Même si le déploiement d’appareils NFC progresse, l’adoption du NFC par le grand public risque de prendre encore quelques années.

Une vraie progression de l’équipement des clients…

Les chiffres clés issus de l’observatoire sans contact 2013 de l’AFSCM

Les cartes bancaires NFC sont de plus en plus nombreuses. Selon l’observatoire du NFC et du sans contact, plus de 12 millions de cartes NFC sont déjà en circulation, soit près de 20% du total des cartes bancaires. Compte tenu du taux de renouvellement rapide, les cartes bancaires seront pour les prochaines années, le principal support du NFC. Selon Albert Galloy, responsable de la stratégie Visa, 80% des CB seront NFC en France d’ici 4 à 5 ans.

 
Côté Smartphone, la progression du parc est plus lente que prévue. Seulement 3 millions de Smartphones sont équipés du NFC en France sur une trentaine de millions. La moitié des Smartphones référencés actuellement dans les boutiques Orange sont compatibles NFC. Cette tendance va s’accentuer dans les prochaines années mais cela ne semble pas un critère de choix prioritaire pour les clients. Juniper Research prévoit que seulement 20% des smartphones en circulation seront compatibles NFC dans le monde en 2014.

… une adoption timide des commerçants qui retarde l’adoption des usages

Les commerçants sont encore peu nombreux à s’être équipés de terminaux de paiement NFC. Dans le département du Bas-Rhin pourtant le plus équipé, seuls 14% des commerçants acceptent le paiement NFC. Le faible équipement des commerçants s’explique par leur manque d’intérêt pour le NFC, le coût supplémentaire d’un terminal de paiement compatible. Pour un client, les occasions d’utiliser sa carte bancaire ou son mobile NFC sont donc rares.

Le paiement sans contact n’est pas l’acte que les consommateurs sont prêts à effectuer en premier pour découvrir cette nouvelle technologie. Le paiement NFC suscite encore beaucoup d’inquiétude pour les clients. L’absence de saisie de code personnel pour les petits montants est souvent citée comme une des craintes principales. De plus, des possibilités de capture d’informations non cryptées sur les cartes bancaires NFC ont été identifiées. La CNIL a ouvert une enquête pour comprendre quels sont les véritables risques encourus. Le paiement est un acte sensible pour le client. La communication autour du NFC n’a pas encore réussi à vaincre les réticences naturelles des consommateurs face à ce nouveau mode de paiement. Par exemple, le paiement en ligne a mis plusieurs années avant de s’imposer en France et n’a pas encore atteint tout son potentiel. Selon le dernier baromètre Fevad, seul 53% des ménages ayant un accès Internet ont effectué un achat en ligne.

Les cartes bancaires NFC sont limitées à un seul usage, le paiement. Un mobile NFC grâce à sa capacité à émuler une multitude de cartes, peut porter d’autres usages, comme le pass transport, les cartes de fidélité, le badge de cantine, etc. La limitation fonctionnelle des cartes bancaires à un seul usage freine le déploiement de nouveaux services. L’utilisateur doit détenir une carte NFC par usage alors que la promesse initiale est de simplifier le quotidien.

Des cas d’usages prometteurs dans le transport ou la grande distribution

Dans le transport et le stationnement, le NFC permet une expérience client plus fluide sur la validation et l’achat du titre de transport. En un geste, il est possible de payer son titre de transport sans avoir à attendre qu’une borne se libère ou qu’un agent soit présent au guichet. Un paiement NFC prend moins de 7 secondes, contre 20 secondes pour un paiement par carte classique. L’impact du sans contact sur les files d’attentes est facile à imaginer. Le cas d’usage du paiement NFC est également transposable dans la grande distribution et la restauration rapide où la réduction des files d’attentes est un enjeu majeur du parcours client.

Part des paiements NFC dans les bus à Londres en 2013

Transport For London (TFL), l’autorité gestionnaire des transports urbains de Londres a équipé plus de 8000 bus pour accepter des paiements NFC. Depuis le lancement en décembre 2012, plus d’un million de transactions NFC ont été enregistrées dans les bus londoniens, soit près de 20% des tickets sont achetés en sans-contact selon Visa. Selon la porte-parole de la TFL, très peu de transactions NFC sont réalisées depuis un Smartphone bien que le matériel soit en mesure de les accepter. La faible utilisation des Smartphones est due à un manque d’intégration des moyens de paiements dans les téléphones.

Des efforts à porter sur la notoriété et l’éducation

D’ici 4 à 5 ans, le NFC sera déployé massivement, poussé par les acteurs comme les banques, les opérateurs Télécoms ou les constructeurs de téléphones. D’ici là, éduquer les consommateurs pour garantir une véritable appropriation des usages offerts par le Smartphone doit devenir l’enjeu principal du NFC. Selon une étude Deloitte de 2012, 32 % des personnes interrogées n’ont encore jamais entendu parler du NFC et seulement 5% seraient prêts à payer des montants importants

Commenter cet article

6 commentaires

  1. Merci pour cet article très intéressant. C’est surtout au niveau industriel qu’il y a un potentiel intéressant pour le NFC. Pour plus d’informations sur cette technologie qui est utilisée dans de nombreux secteurs (transports, santé, industrie & services), vous pouvez visiter ce blog http://tiny.cc/p1agww

  2. Bonjour,

    Petit bémol d’un simple client: vu la facilité avec laquelle on peut me voler de l’argent sur ma carte, et la complexité probable pour le récupérer (indice: l’absence totale de communication de ma banque), je refuse d’utiliser ce système.
    On est reparti comme pour Moneo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *