Rachat de Mesaplexx par Nokia : la stratégie des réseaux mobiles

Depuis le rachat de sa division terminaux mobiles par Microsoft, Nokia fait surtout parler d’elle pour ses actions dans le secteur du réseau mobile. L’annonce du rachat de Mesaplexx, société australienne connue pour ses avancées dans le domaine des filtres de fréquences radio en téléphonie, permet de faire le point sur les ambitions du Finlandais.

Une technologie de pointe…

logo mesaplexx

Ces filtres permettent de partager le spectre radio sur une même zone géographique. Grâce à de tels filtres, une même antenne active peut à la fois recevoir et émettre le signal radio. Placées sur les stations de bases, elles sont nécessaires pour permettre l’accès au réseau mobile. Avec ce rachat, Nokia espère améliorer sa gamme de produits d’accès radio Flexi Zone grâce aux filtres xCube produits par Mesaplexx. Ces derniers fournissent une meilleure gestion de la chaleur, et améliorent les capacités de l’antenne en matière d’émission et de capacité multi-bandes. Le principal point fort de la technologie de Mesaplexx est de permettre la réduction de 30% la taille des micro-stations de bases, ou small cells.

… qui a sa place dans l’avenir des réseaux mobiles

4G EuropeCette réduction servira notamment à densifier la couverture mobile d’un territoire pour pouvoir supporter l’affluence importante du trafic dans certaines zones. Des cellules plus petites mais plus nombreuses permettent de réduire le nombre d’utilisateurs par cellule. En plus de cela, des micro-stations de taille réduite entraînent une importante diminution de la consommation d’énergie, et donc des coûts d’exploitation de Nokia. Il faut rappeler que depuis le rachat par Microsoft de sa division terminaux, le marché du réseau mobile est la principale source de revenus du Finlandais.

De nombreux opérateurs télécoms testent actuellement ces technologies small cells dans l’espoir de réduire la congestion du réseau 4G dans les métropoles. C’est le cas notamment de Telstra en Australie, ou encore Qualcomm et Sprint aux États-Unis. Ces opérateurs ont tout intérêt à se préparer puisque les prédictions tablent sur une multiplication par 1000 de la consommation de données au cours des dix prochaines années.

Comme le rappelle Marc Rouanne, vice-président exécutif de l’unité Mobile Broadband chez Nokia, « le filtrage est l’un des domaines où les innovations peuvent encore apporter des améliorations significatives ». Un domaine dans lequel le Finlandais compte bien investir à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top